Les Terres Balafrées – Les Terriers des Hommes-Rats

Les Terriers des Hommes Rats est un supplément présentant une race qui pourrait remplacer les classiques orques dans vos parties ayant lieu dans les Terres Balafrées : les Rampants. Pour ceux qui connaissent l’univers Warhammer, il s’agit ni plus ni moins que de cousins des skavens. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit de créatures humanoïdes, ayant l’apparence de rats, mais ayant presque la taille d’humains, et pouvant se tenir debout, se saisir d’armes, et surtout très machiavéliques. Ils vivent en communautés très nombreuses, le plus souvent au coeur de marais peu fréquentables, et ils élaborent souvent des plans très complexes visant à  tenter de dominer le monde. Et ils n’ont que faire du bien-être de leurs semblables, tant que leurs actions ne leur nuisent pas directement. En gros, prenez le physique de Maître Splinter (Tortues Ninjas), l’ambition de Cortex (Minus et Cortex, des Looney Tunes), et le sadisme de Dark Vador (juste le sadisme) : vous obtenez un Rampant, ou Homme Rat.

Voilà  pour la présentation globale de cette race. Mais, en réalité, cette race est bien plus complexes que cela. Dans les Terres Balafrées, il s’agit d’une des plus puissantes races, si l’on ne considère que le nombre de ses représentants, presqu’à  égalité avec les humains. Mais, comme les humains, de nombreuses tensions divisent leurs rangs. Il faut tout d’abord savoir que ces créatures ne sont apparues qu’à  la chute des Titans. Il s’agissait alors de rats, qui se nourrirent de la chair des Titans, quand ceux-ci tombèrent face aux Dieux. Or, chaque titan possédant ses traits propres, les rats qui se nourrirent de la chair de Mormo ne reçurent pas les mêmes pouvoirs que ceux qui consommèrent l’essence de Cheurn. C’est pourquoi on peut compter 12 espèces différentes au sein des Rampants : les Pesteux, les Affligés, les Aveugles, les Chasseurs de Tempête, les Dévoreurs Bruns, les Diurnes, les Ecumeurs, les Fourrures Noires, les Ombres Blanches, les Rampants des Forges, les Sorcières Rouges et les Traqueurs. Ces 12 espèces sont présentées dans le premier chapitre de ce supplément. Leur hiérarchie est également décrite, avec les postes de Prêtre-Roi et de Stratego. La présentation de ces espèces, bien que concise, est bien écrite, expliquant comme il le faut la société de chacune, leur lieu de vie, et leurs relations avec les autres espèces.

Le second chapitre présente le Marais des Larmes, qui est l’endroit de Ghelspad où l’on peut trouver le plus grand nombre de Rampants, et où leur menace est peut-être la plus importante. Ce chapitre très court présente simplement ce que l’on peut rencontrer dans le Marais, et alentours. La majeure partie du chapitre est consacrée aux créatures peuplant le Marais, les Rampants, les Tisseuses, leurs alliés respectifs et les autres créatures.

Le chapitre trois décrit les activités des Rampants de par Scarn. On y découvre une chronolgie de leurs actions, puis, par lieu de présence, leurs actions présentes. On peut ainsi découvrir les activités des Rampants sur la Mer de Sang, dans le Delta d’Acernoth et le marais de Sorporatra. Le Marais des Larmes, déjà  présenté, n’y est pas repris. Sous la forme d’une réunion entre les principaux dirigeants concernés (Vesh – Mithril – Hedrada et leurs alliés), on découvre dans ce chapitre la topologie actuelle de la société des Rampants : leurs tactiques, leurs alliances, leur fonctionnement et les actions qu’ils mènent. Ce chapitre est sans doute le plus intéressant pour le MD qui serait intéressé par une campagne basée sur la menace des Rampants. Leur ambition nous est en effet très bien présentée, et la menace qu’ils représentent est parfaitement palpable dans les discours des dirigeants.

Motivé pour faire rencontrer les Rampants à  vos joueurs ? Alors jetez un oeil au chapitre 4 : il présente dans le détail deux synopsis d’aventures dans le Marais des Larmes. Ces aventures ont lieu pour la première dans un terrier de Pesteux, pour la seconde dans le terrier de Sorcières Rouges. Ces 2 aventures ont besoin d’un petit travail d’adaptation aux joueurs, mais ils présentent parfaitement la complexité de tels édifices, et la difficulté d’éradiquer la menace Rampante.

Dans le cinquième chapitre, plutôt que d’affronter les hommes-rats, il vous sera proposer de les incarner. Bien que très intéressant, ce chapitre me semble peu utilisable, car il faudrait que tous les joueurs soient intéressés de jouer des Rampants. Et s’ils désirent jouer une espèce « spéciale », le MD devra trouver des raisons pouvant amener de telles espèces à  collaborer. Cependant, cela peut être un pari des plus intéressants, et il est possible de réaliser des « one-shots » ayant pour cadre les Rampants. Il se peut aussi qu’un seul joueur soit intéressé par le fait de jouer un Rampant. Dans ce cas, le MD aura pour mission de bien réfléchir à  l’impact d’un tel choix sur sa campagne. En effet, les interactions sociales d’un tel personnage seront sans aucun doute des plus limitées, et les relations qu’il entretiendra aveec ses compagnons de route ser ont délicates à  gérer (suivant les alignements). Cependant, il s’agit là  encore d’un pari intéressant à  relever. Dans ce chapitre, trois clsses de prestige sont présentées, spécifiques aux Rampants, mais pouvant s’adapter à  d’autres races : le Grenadier, le Guerrier Caudal (qui se sert de sa queue comme arme), et le Gardien Crépusculaire (gardien des marais).

Le dernier chapitre présente quelques pièces d’équipement souvent utilisées par les Rampants, et que même d’autres types de personnage pourraient être ntéressés à  utiliser. Quelques sorts sont également présentés, fréquemment utilisés par les Rampants.

Pour clôturer le livre, un appendice nous présente les caractéristiques de créatures présentes dans le Marais des Larmes, ainsi que celles des espèces n’étant pas présentes dans l’EM 1 (l’EM 2 n’était pas sortie en VF à  la sortie de cet ouvrage).

En conclusion, cet ouvrage est excellent si vous comptez baser votre campagne sur les Rampants, si vos joueurs passent par des marais, s’ils veulent jouer des Rampants, si vous voulez du dépaysement et moins d’orques, ou si vous aimez les hommes-rats et désirez en savoir plus à  leurs sujet. Il est très facile à  lire, la maquettte est claire, les illustrations d’un bon niveau (entre moyen et excellent), la couverture est sublîme. Sinon,si vous ne cherchiez qu’un bestiaire de plus, passez votre chemin. Ce supplément a ouvert la voie des Rapports de Veille de Vigilants, mais aucun autre ne semble apparaître à  l’horizon pour l’instant, dommage. Un supplément identique sur les Asaathis serait sans doute fort appréciable, car ils jouent, avec les Rampants, le rôle d’excellentes races ennemies pour les PJ.

Post Scriptum : depuis l’écriture de cette critique, un supplément sur les Asaathis a été annoncé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *