Massacre à la Tronçonneuse

      2 commentaires sur Massacre à la Tronçonneuse

Le remake de 2003, par Marcus Nispel …

Remake du film de Tobe Hopper, le Massacre à  la Tronçonneuse de 2003 n’en est pas moins un film différent. Les protagonistes ne sont pas les mêmes, le scénario également a légèrement changé, et le traitement de l’image, moins snuff, mais (à  l’aide des quelques millions de dollars de budget en plus) plus gore et dérangeante. L’édition 2 DVD Collector étant sortie, voici donc ce que vous pourrez y trouver…

Le Film

Cette histoire, inspirée d’un fait « divers », se déroule par une belle journée de l’été 1973. De retour du Mexique, où ils ont fait quelques « affaires », quatre jeunes se dirigent vers Dallas, où ils vont assister à  un concert. Ils ont pris sur leur route une autostoppeuse, et sont donc cinq à  arpenter les routes désertes du Texas dans leur van.

Tout va basculer lorsqu’ils manqueront d’écraser une fille errant sur le bas-côté. Après l’avoir prise avec eux, tout s’enchaînera : un suicide, suivi d’un arrêt dans un bourg perdu pour signaler cette mort. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est qu’il s’agit de leur dernier arrêt, et que les autochtones sont plus ou moins dérangés…

La première chose que l’on ressent dans ce film est la chaleur étouffante du Texas. Les personnages suent du générique de début à  leur fin (prématurée ;->), la végétation souffre et rajoute à  cette atmosphère étouffante. Enfin, l’arrivée en ville, avec ces maisons abandonnées, ces carcasses de bovins, tout contribue à  mettre mal à  l’aise dès le début. Ce mal-être s’amplifiera au fur et à  mesure de la rencontre avec les autochtones, poussant ces jeunes gens à  se demander s’ils ne feraient pas mieux de rebrousser chemin en abandonnant le cadavre. Ils ne le feront pas, et tant mieux pour nous !

Le massacre peut alors commencer, même si la tronçonneuse n’apparaît qu’à  la deuxième victime. Mais de quelle manière ! Tout s’enchaîne et nos personnages tombent comme des mouches, sous les coups de Leatherface. Sa famille de dégénérés n’est pas en reste, et on retiendra surtout la performance de R. Lee Ermey (souvenez-vous, le sergent instructeur de Full Metal Jacket !) en shériff tyrannique. Bienvenue chez les Hewytt !

Chez les acteurs victimes, la performance est également globalement bonne. Jessica Biel, en plus d’apporter son charme indéiable :-), nous offre une prestation bien loin des mièvreries de « 7 à  la Maison ». Après « Les Lois de l’Attraction », elle nous montre que l’on pourra sans doute compter sur elle dans l’avenir (je l’espère). Dans la catégorie des acteurs qui se mettent également en valeur, on pourra noter la prestation de Jonathan Tucker, à  savourer en VOST, qui s’est métamorphoser, et qui me laisse me demander s’il s’agit du même acteur que dans « 100 Girls » (à  ne pas voir). Pour les autres, Erica Leerhsen nous gratifie de cris terriblement convaincants, Mike Vogel, nous gratifie de deux scènes excellentes, contre Leatherface dans le couloir, et face à  Erin dans la cave. Pour finir, Eric Balfour confirme l’impression que j’avais après sa prestation dans « Six Feet Under » : un excellent comédien, qui aurait pu être cantonné à  des rôles types au vu de son physique, mais qui peut jouer une impressionnante palette d’émotions.

Affiche du Film

Le DVD

Pour commencer, je ne pourrais que vous conseiller de regarder le film en VOST. Vous profiterez ainsi de la prestation géniale de Jonathan Tucker, et éviterez le désagréable doublage français. Concernant les Commentaires Audios, je n’ai pas encore eu le temps de les écouter, mais il y en a 3 différents.

Les Bonus du 2e DVD se répartissent en trois catégories…

Les Secrets d’un Massacre

Cette première partie regroupe en fait différents bonus pouvant être assimilés à  un making-of.

On y retrouve un long documentaire (76 minutes) retraçant l’histoire du remake, de l’écriture du scénario à  sa première projection. J’ai été asez déçu par la partie qui concerne le tournage en lui-même, car on n’y apprend pas grand chose (les Commentaires audio apporteront peut-être plus), mais la partie concernant la genèse du film est plus intéressante, avec notamment la réaction de fans du premier à  l’annonce de la mise en chantier du remake. Il manque néanmoins une chose assez importante : un petit mot de Tobe Hopper. Parce que, sur le boîtier du DVD, on voit « Ce film fout vraiment la trouille », par Tobe Hopper, mais un petit avis de sa part aurait été bien sympathique.

On peut ensuite visionner quelques scènes coupées, ainsi qu’un début et une fin alternative. Lancez le documentaire si vous avez le temps de voir toutes les scènes, car Marcus Nispel y explique les raisons qui ont fait abandonner telle ou telle scène. Concernant les débuts et fins alternatives, mon avis est qu’ils ont bien fait de ne pas les mettre !

Pour finir avec cette partie, on pourra mentionner les extraits des auditions de trois acteurs : Jessica Biel, Eric Balfour, Erica Leerhsen. Et c’est en visionnant ces morceaux d’auditions qu’on se rend compte du talent d’un Eric Balfour…

Ed Gein : La Goule de Plainfield

Comme précisé plus haut, l’histoire de « Massacre à  la tronçonneuse » a été inspirée par un fait réel. Voici donc un docu retraçant en une petit demi-heure l’histoire d’Ed Gein, ce psychopathe américain des années 50. Intéressant, surtout pour les fans d’horreur, quand on sait qu’il a inspiré également « le Silence des Agneaux » et « Psychose ».

Matériel Promotionnel

Pour finir les bonus de ce DVD, on pourra découvrir des bandes-annonces de films à  sortir en salle ou en DVD (L’Effet Papillon, Resident Evil : Apocalypse, …), plusieurs bandes-annonces et teasers de Massacre à  la Troncçonneuse, un clip. Il manque cependant une bande-annonce de l’original.

Au finish : un DVD à  posséder pour les fans, le packaging étant des plus réussis, et à  voir pour les autres.

2 thoughts on “Massacre à la Tronçonneuse

  1. Pingback: Une année de cinéma – Le Repaire de Gulix

  2. Pingback: La Maison des 1000 Morts – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *