Supernatural

      4 commentaires sur Supernatural

Supernatural est une série qui, au premier abord, ne m’a pas vraiment intéressé. J’avais « subi » les premières saisons de Smallville, et ces deux séries viennent de la même chaîne, qui propose également le remake de Beverly Hills, et bientôt celui de Melrose Place. Pas vraiment ma tasse de thé. Mais certains avis glanés à  droite et à  gauche sur le net m’ont poussé à  me faire mon propre avis. Une bonne promo sur le coffret de la saison 1, et c’est parti, je craque.

Supernatural suit l’histoire des deux frères Winchester, Sam et Dean. Fils d’un chasseur de monstres, ils vont être amenés à  traverser les Etats-Unis, à  combattre diverses créatures issues du folklore horrifique (Vampires, Fantômes, Dieux Païens, Démons, …), et à  essayer de retrouver leur père, porté disparu. Tout ça au volant d’une Chevrolet Impala noire de 1967, en écoutant du bon rock classique. C’est d’ailleurs un des éléments qui m’a fait tenter cette série, savoir qu’on trouve dans la bande son du Rush, du Lynyrd Skynyrd, du Kansas, du Blue à–yster Cult, et pleins d’autres.

Je considère cette série comme mon nouvel X-Files. Avec la sortie de Fringe en septembre dernier, beaucoup de personnes l’ont rapprochée de X-Files. Personnellement, si ce n’est le thème principal, je ne retrouve pas du tout les aventures de Mulder et Scully dans Fringe. Et donc, je trouve Supernatural bien plus proche.

Chevrolet Impala '67

Tout d’abord, on retrouve le duo de personnages (presque) inamovible, et leurs rapports. Opposés quand à  leur façon d’agir (qui évoluera en s’inversant presque au fur et à  mesure), Sam et Dean n’en restent pas moins unis, et se soutiennent dans les moments dangereux. On retrouvait cet aspect dans X-Files, avec Mulder le « croyant » et Scully la scientifique, opposés dans leurs conceptions du monde, mais unis dans les problèmes rencontrés.

On retrouve également le casting régulier réduit dans les deux séries, deux personnages seulement apparaissant à  tous les épisodes. A côté d’eux gravitent des alliés qu’on retrouvera de temps en temps, comme Skinner ou les Lone Gunmen dans X-Files, ou Bobby Singer, John Winchester et Ruby dans Supernatural. Des ennemis récurrents reviendront également mettre des bâtons dans les roues des personnages, même si ces personnages dans X-Files étaient plus ou moins gris (bons et méchants), alors qu’il est plus facile de les cataloguer dans Supernatural.

Un autre point commun, qui pour moi est le plus important, est la structure même des deux séries. En ces temps de séries feuilletonnesques, du type Lost ou Prison Break, il est bon d’avoir sous la main une série qui peut changer complètement de style entre deux épisodes. L’histoire suit une trame générale, qui évolue au gré d’épisodes dits « mythologiques », faisant le plus souvent intervenir une bonne partie du cast régulier. Mais, au cours de chaque saison, cette mythologie est souvent mise de côté lors d’épisodes indépendants, racontant une histoire commencée et terminée en 40 minutes. Et ces épisodes peuvent parfois adopter des styles très différents, qui font de Supernatural et X-Files deux très bons moments de télévision. On retrouve ainsi des épisodes humoristiques (Bad Blood / Tall Tales), des épisodes en noir et blanc faisant hommage à  la Hammer (The Post-Modern Prometheus / Monster Movie), des épisodes jouant avec le temps (Monday, Mystery Spot), …

Mulder & Scully

La possibilité de varier ainsi les intrigues fait qu’on ne sait jamais vraiment quel genre d’épisodes on va regarder, et c’est une fraîcheur bienvenue. Dans Supernatural, on découvre aussi l’Amérique, avec ses épisodes pouvant se dérouler dans n’importe quel état (bien qu’ils n’aient pas encore traversé le Pacifique vers Hawaii ou le Canada vers l’Alaska). On retrouvait également cela dans X-Files. Et c’est très agréable de découvrir ces décors souvent variés. Comme je vous l’ai dit, Supernatural est pour moi le nouvel X-Files.

Maintenant, cela veut dire qu’ils partagent aussi des défauts. Certains épisodes sont assez dispensables, et la mythologie peut vite s’avérer envahissante. Au vu de la conclusion de la quatrième saison de Supernatural, j’ai peur que les monstres originaux commencent à  disparaître. Et avec eux souvent les meilleurs épisodes. Comme dans X-Files … Et puis, un des défauts qui apparaît rapidement quand on regarde trop Supernatural, c’est le jeu assez limité de Jared Padalecki, qui joue le petit frère Sam. Dean, joué par Jensen Ackles, est lui assez crédible, et l’acteur a beaucoup plus de cordes à  son arc, notamment au niveau de la comédie.

Voilà , un nouveau billet sur une série que j’aime beaucoup, qui est sans doute associée au public adolescent(e), mais qui vaut franchement le coup si on aime le fantastique, les monstres, le rock, et si on a aimé X-Files pour les points mentionnés ci-dessus. Et en plus … « It’s like we got a contract on us. You think it’s ’cause we’re so awesome? I think it’s ’cause it’s we’re so awesome. » (Dean ) Barney’s style !

4 thoughts on “Supernatural

  1. Pingback: Supernatural RPG – Le Repaire de Gulix

  2. Pingback: Back in the Game ! – Le Repaire de Gulix

  3. Pingback: Scoobynatural – Le Repaire de Gulix

  4. Pingback: [MotW] Pilote – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *