Je suis proprio !

      Un commentaire sur Je suis proprio !

J’ai récemment ressorti les pinceaux et les pots de peinture, et j’ai réattaqué la peinture sur figurines. Bon, en fait j’ai du quasiment tout racheté, et j’en ai profité pour essayer d’être mieux préparé. J’en reparlerai un des ces quatre. Une des raisons qui m’ont fait reprendre la palette de peinture est mon envie de rejouer à  ce magnifique jeu qu’est Blood Bowl, surtout qu’une ligue existe sur Nantes. Pour y jouer, en dehors des figurines, il faut également un plateau de jeu. Et c’est de ce plateau dont je vais parler aujourd’hui.

Je dispose d’un plateau de Blood Bowl qui date de ma découverte avec ce jeu (je devais encore être collégien). J’ai néanmoins envie de disposer d’un plateau personnalisé, et avant de m’attaquer au gros oeuvre, j’ai décidé de plancher sur un test / prototype à  la taille d’un terrain de Blood Bowl 7s. D’une pierre deux coups, ça me permettra de disposer d’un terrain plus petit pour tester cette version « light » de Blood Bowl pour des parties plus courtes.

Le Plan

Je ne compte pas réaliser un terrain en 3D, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, je ne pense pas en avoir les compétences. Ensuite, niveau encombrement et déplacement, ça ne le fait pas trop. Et puis c’est plus long à  réaliser. Le plan est donc de réaliser un plateau de jeu standard, pliable, résistant, et joli.

La première étape sera de trouver / réaliser une image représentant ce terrain. Il faudra ensuite l’imprimer à  la taille du jeu, et coller le plan de jeu sur du carton fort. Je pense réaliser un pliage en 2 ou en 4, selon la taille finale du terrain (en comptant les zones latérales hors du terrain. Le terrain sera plastifié, pour le protéger et pour avoir une meilleure sensation en jouant dessus. Enfin, je compte le protéger sur les bords avec de l’adhésif noir renforcé, utilisé pour les reliures.

Ca, c’est la théorie. Qu’en sera-t-il en pratique ?

Image et impression

Bon, commençons par chercher une image de terrain de Blood Bowl … Mouais … Les différentes versions que j’ai pu trouver n’étaient clairement pas du niveau que je recherchais. On aurait parfois dit du travail sous Paint. J’ai donc décidé de prendre le problème à  bras le corps, et de dessiner le mien. Direction la galaxie des tutoriaux pour photoshop et autres gimp, rayon « Comment faire une pelouse correcte ? ». Ca ne s’est pas avéré aussi facile que prévu, la plupart des articles que je trouvais traitant du dessin de pelouse vu « de face » (ou presque). Alors que je cherchais une vue de dessus. Par dépit, je cherchais des images de terrain de foot US, et je tombais sur ceci. Un template photoshop avec moults calques et options permettant de réaliser son terrain de foot personnalisé ! Exactement ce que je cherchais !

Fichier Image - Blood Bowl 7s

Me restait maintenant à  l’adapter à  Blood Bowl, ce que je réussis assez facilement. Jouer avec les calques est vraiment facile, et j’ai donc pu obtenir le résultat ci-dessus. En utilisant les graduations du logiciel, j’avais une image à  la bonne taille (3cm par case). Nickel ! Comment l’imprimer, maintenant ? Assez vite, j’ai décidé de partir sur du A3. Facile à  imprimer et pas trop cher, je pouvais imprimer en un bloc chaque côté du terrain, puis sur une troisième feuille les deux zones d’en-but. Petite péripétie avant l’impression, je me renseigne auprès d’une amie graphiste sur le format à  utiliser. CMJN et 300 dpi de rigueur (au lieu de RGB et 72dpi), mon fichier image explose, fait planter le PC, et après nettoyage de tous les calques inutiles, mets 15 minutes à  être sauvegardé …

J’ai enfin mes 3 fichiers TIFF, et je lance l’impression à  l’imprimerie du coin. Vive le PC avec comme seul visualiseur celui de Windows XP. Les deux moitiés du terrain sortent bien, concordent en taille, et les zones d’en-but … sont plus petites ! Les images ont été adaptées à  la taille de la page, et ça part en sucette. Les cases des deux moitiés de terrain font 3.2cm, en plus. Tant pis pour l’échelle, je modifie l’image des zones d’en-but sous le logiciel de retouche installé sur le PC, à  savoir Paint (!?), et je rajoute une zone de blanc pour que sa taille soit identique aux 2 autres (normalement, l’échelle devrait concorder). Résultat, l’échelle concorde, mais l’image modifiée sous Paint est enregistrée en RGB, contre CMJN pour les autres. La teinte est différente (jaunâtre), mais je m’en accommoderai, tant pis …

Première étape effectuée ! Tout n’a pas été parfait, mais ces erreurs ne seront pas reproduites sur un futur essai. Concernant les fichiers du terrain, je vous dirige vers la fin du post …

Les courses

Comme pas mal d’équipement (voire tout) me manquait, direction M. Bricolage et Leclerc pour récupérer le nécessaire. Au programme :

un cutter (3.35€)

un pot de colle blanche (5.65€)

une règle (0.75€)

le terrain imprimé (environ 6€)

une plaque de carton-mousse (2.75€)

un rouleau de polyphane, du plastique adhésif transparent (12.90€)

du ruban adhésif renfort (4.05€)

du papier noir loisirs (1.40€)

Les courses

Encore une étape imparfaite. Au niveau du ruban adhésif, je cherchais du ruban noir adhésif. Sans succès. Je me suis donc reporté sur du transparent (pratique pour la transition entre les plateaux), et, pour les marges, sur le papier noir.

Collage et découpage

C’est parti pour le découpage au cutter des différents morceaux. Première erreur détectée, avoir mis un vert proche entre les deux zones d’en-but. Pour être précis dans le découpage, du blanc aurait été plus judicieux (et plus économe en encre verte).

CMJN vs RGB

Voilà  une erreur de la ligne précédente qui a été assez gênante à  corriger. On voit bien la différence entre les deux morceaux, l’un vert et l’autre jaune. Heureusement, avoir bien découpé mes fichiers à  l’origine m’a permis de m’en sortir plutôt bien.

Au niveau du collage, je me suis rendu compte que sans pinceau, ça allait être galère. Premier test d’étalage de peinture à  la petite cuillère en plastique pas très concluant. On peut voir les plis dus aux pâtés de colle sur la photo suivante. Ayant une vieille brosse à  dents qui traînait dans la salle de bain, j’ai réussi à  bien mieux me débrouiller sur les suivantes.

La colle à  la cuillère

Tout le plateau a ainsi pu être collé, mais la colle blanche a alors révélé un de ses effets insidieux : elle gondole le carton ! Heureusement que ma bibliothèque fournie est arrivée à  la rescousse pour maintenir tout ça bien droit.

Un maintien de poids

Restait à  réaliser la jonction entre les deux plateaux (assez aisée), et la marge noire de protection. Il faudra vraiment que je trouve ce ruban de protection noir avant le prochain plateau. Le papier noir a été collé à  la colle blanche, qui faisait bien son effet. Reste que le papier avait deux faces bien différentes (mate et satinée). J’ai bien sûr réussi à  combiner les deux faces … Le résultat est loin de ce que j’escomptais, mais ça rend mieux que sans, je trouve.

Avec les moyens du bord

On y est presque ! Les deux faces sont reliées, ont leur marge noire, j’approche de la fin. Je vais plastifier tout ça … ou pas ! La dernière surprise est que le polyphane n’est pas transparent ! Tout juste la zone du Crâne (la boue au centre) peut-elle se voir à  travers, alors les lignes, oublions. Je me suis raté dans les grandes largeurs, avec le produit le plus cher en plus. Le plateau restera dans l’état en attendant que je trouve autre chose pour le plastifier (sauf si j’attaque la version du grand terrain avant).

Le terrain terminé

Voilà  le travail d’un petit week-end, tranquille, sans se presser. Reste maintenant à  remonter les Exskavenarks, mon équipe de skavens. Ce sera pour un plus tard cette histoire. J’ai en tout cas bien hâte de tester ce terrain, et je réfléchis déjà  à  quelques détails à  intégrer au suivant, ainsi que quelques modifs dans la conception :

une structure moins souple, moins sujette au gondolement (du PVC, du bois ?)

trouver ce damné scotch noir !

du plastique adhésif transparent serait pas mal

1 thought on “Je suis proprio !

  1. Pingback: La saison est lancée ! – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *