Kickstarter & Co

      Un commentaire sur Kickstarter & Co

Pour ceux qui suivent un peu les actualités du net, Kickstarter ne devrait pas résonner comme un mot étranger. Pour les autres, un petit détour par wikipedia permettra de vous éclairer.

Pourquoi en parler ici ? Parce que j’ai décidé de m’y mettre. Certains projets m’ont fait craquer, et je vais en parler rapidement.

Jeux de rôle

C’est par le biais des JDR que j’ai la première fois entendu parler de ces sites. J’avais souscrit à  Within, un jeu d’horreur, mais la souscription peinait à  avancer. A alors été lancé le projet Ulule (une plateforme francophone similaire à  Kickstarter) du projet, qui s’est avérée concluante. J’ai donc commencé à  m’intéresser aux projets apparaissant sur ces plate-formes.

J’ai été tenté par Les Légendes de la Garde, mais j’ai finalement laissé tombé. J’ai déjà  des jeux dans cette tranche à  la maison. Par contre, j’ai contribué au succès de Monster of the Week, un hack d’Apocalypse World, qui semble correspondre au ton que je souhaite donner à  une hypothétique campagne d’horreur contemporaine. Les pdf sont déjà  dispo, mais j’attends surtout de recevoir un exemplaire en dur de l’ouvrage.

Ryuutama

Plus récemment, j’ai également craqué pour Ryuutama, un JDR japonais, traduit en français, bien sûr. La lecture des extraits m’a convaincu, alors que je n’étais vraiment pas emballé au premier abord. La culture japonaise n’est pas trop ma tasse de thé, mais Ryuutama a tout pour me plaire. Et surtout, le projet était également lancé pour permettre de financer la sortie de Guts !

En attendant la réception de ces trois projets, je suis également Dungeon World. La boîte ne m’intéresse pas, et j’hésite encore à  prendre les pdf. On verra.

Jeux et figurines

Pas mal de jeux semblent prendre également la voie du crowdfunding. Certains, tels Zombicide ou Sedition Wars, atteignent des sommes indécentes. Pour ma part, je regarde si les jeux sortent de l’ordinaire, s’ils sont « language-free », c’est-à -dire sans matériel de jeu autre que la règle en anglais, et surtout si le projet est abordable. J’aurais pu craquer pour les extensions de Flash Point, jeu coopératif passionnant, mais pour l’instant la livraison en France n’est pas possible. Dommage.

Niveau figurines, deux projets concernant Blood Bowl tournent actuellement. Une équipe inspirée des écrits de Lovecraft, et une équipe de gobelins nippons. La première ne m’inspire vraiment pas. La seconde me botte plus, mais le prix me freine pour l’instant. On verra vers la fin ce qui est proposé dans le pack.

Il y a également un projet qui m’enthousiasme beaucoup, celui-ci. Au départ, une collection de figurines de 5 nains. Des archétypes de type Dungeons & Dragons. Et puis, au final, une grosse quinzaine de figurines, pleins de personnages bien typés, au design original, pour une somme au final assez modique. J’ai bien hâte de les recevoir.

Dwarven Adventurers

J’ai également craqué pour les gobelins pirates, avec dans l’idée de réaliser un diorama pour offrir. Un sacré projet, ayant déjà  un autre diorama à  réaliser avant, et la peinture de mon équipe de Blood Bowl à  faire. Mais ce n’est pas pressé.

Les gobelins pirates

Et à  part ça ?

J’ai raté la participation à  Exterminatus, un fan-film Warhammer 40.000. Je suis quand même avec intérêt les news le concernant. Par contre, je n’ai pas raté le MaKey MaKey, et j’ai bien hâte de mettre la main dessus. Je reviendrai mettre mes impressions là -dessus dès que possible.

MaKey Makey

Il y a plusieurs autres projets que je suis, mais rien d’exceptionnel. Je n’y participerai d’ailleurs sans doute pas. Je reviendrai de temps en temps parler des projets et de ce qui en sera ressorti, ainsi que des nouveaux projets auxquels j’ai participé.

1 thought on “Kickstarter & Co

  1. Pingback: A l’abordage ! – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *