Morr – Présentation et début du projet

Morr, c’est le nom que j’ai décidé de donner à  ce projet de résurrection de radio que j’ai entamé (contrairement au chronomètre dont je n’ai pas encore trouvé le nom). Pourquoi Morr ? Parce que c’est le nom d’un dieu d’un univers que j’apprécie, que l’acronyme peut être interprété facilement (My Old Radio Resurrection / Morr Ou la Radio Ressuscitée), et puis parce que j’aime trouver des noms intéressants à  mes projets.

Bon, le nom est expliqué, maintenant, quel est donc ce projet ?

Morr est un projet que je traîne en tête depuis quelques temps. J’ai mon ordinateur de salon à  la maison, sur lequel j’utilise winamp pour lire ma collection de musique. Mais quand la TV est prise (console, télé, …), je ne peux pas écouter la musique. J’aurai pu me contenter d’un bête poste radio, ou d’un lecteur MP3 avec dock. Mais non. J’ai décidé d’avoir une radio personnalisée, qui corresponde à  mes besoins.

Cahier de charges

L’objet doit être propre, déjà . Il doit être WAF déjà  : pas de fils partout, pas de boîtier nu. Ensuite, il doit être capable de lire ma collection de MP3. Elle est actuellement sur un disque dur externe, mais mon NAS qui n’est que peu utilisé va pouvoir l’accueillir. Je dois pouvoir facilement gérer des listes de lecture. Elle doit fonctionner par connexion ethernet, mais être également possible de fonctionner sans connexion : lecture de périphérique USB. Le son doit pouvoir être configuré via un bouton, tout comme le changement de piste.

Au niveau des fonctionnalités désirées, mais pas obligatoire, la lecture de webradio est également attendue. Un affichage directement sur la radio de ce qui est lu serait un plus. Enfin, du côté esthétique, un éclairage de la radio selon son état me plairait aussi. Une option qui me sera très utile sera une prise casque, qui couperait automatiquement le son des enceintes. A défaut, l’utilisation d’un interrupteur pourrait suffire.

Il y a de cela quelques semaines, j’ai donc commencé à  rechercher la radio qui me plairait. Je m’étais fixé une limite basse de budget (15 euros), et je la voulais non-fonctionnelle, histoire de ne pas sacrifier un matériel viable. Après quelques recherches infructueuses sur Internet et dans des vides-grenier, c’est chez Emmaà¼s que je l’ai trouvée :

Ma radio

Premiers tests logiciels

Avant d’ouvrir la bête et de la vider, pour la remettre à  neuf, j’ai réfléchi à  ce que j’allais mettre dedans. Très rapidement, c’est le Raspberry Pi qui s’est imposé. Il est assez courant, facile à  se procurer, la documentation est riche, tout comme sa base d’utilisateurs, et des projets similaires pouvaient m’aider dans mon travail (ici et là ).

J’ai reçu le Raspberry Pi cette semaine, et après avoir galéré à  trouver une alimentation convenable, j’ai pu m’y mettre ce weekend. Mon premier test s’est porté sur Volumio, une distribution qui correspond à  ce dont j’ai besoin. Elle fait tourner le Raspberry Pi uniquement comme lecteur audio, et on peut agir sur la lecture depuis une interface Web accessible sur le réseau local.

Ayant un Raspberry Pi B+, j’ai un peu galéré au début, la version 1.4 n’étant pas compatible (ports USB et Ethernet non-reconnus). Heureusement qu’il y a une version 1.41 pour corriger ça, mais j’ai mis du temps à  la trouver !

L’interface web est facile à  manipuler, et je me vois très bien utiliser ma radio ainsi. Il me reste, avec volumio, à  vérifier que je peux interagir également sans interface web. Ca va demander un peu plus d’effort, mais cela semble possible.

J’ai d’autres distributions à  tester avant de fixer mon choix (RuneAudio, ou Squeezeplug, par exemple). Et je vais aussi commencer à  me renseigner sur les modules permettant d’obtenir un meilleur son. Car celui obtenu juste par le jack du Raspberry Pi était pas terrible.

Voilà  pour mes débuts, la suite dès que j’aurais avancé un peu plus.

Ma radio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *