Eboueurs de l’Espace

      Un commentaire sur Eboueurs de l’Espace

Pour cette critique / fiche de lecture, je vais reprendre le format de présentation proposé sur le forum de CasusNO.

1. Quoi que c’est ?

Sweepers Inc., un jeu du Labo de Bob.

logo.png

2. Où j’en ai entendu parler pour la première fois ?

Sur le forum de CasusNO.

3. Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ?

Proposé en début d’année sur la plate-forme Ulule, j’ai rapidement craqué, mais de manière réfléchie. Je n’avais pas acheté de JDR depuis longtemps, la somme demandée était peu importante, et la proposition de jeu (parties courtes de 2h voire moins, pas de MJ, plusieurs univers avec les hacks) fait que j’ai des chances de pouvoir le tester.

4. Je pensais y trouver quoi ?

Un jeu narratif à  la Fiasco, avec un côté compétitif un peu plus poussé. Quelque chose qui peut se mettre en place sur le pouce, pour faire découvrir le jeu « narratif » à  des débutants, ou combler un trou dans une soirée.

5. Et j’y ai trouvé quoi ?

Pour commencer, un livre petit format, classique des productions de chez Ulule, qui tient parfaitement dans les mains pour une lecture en mode canapé / transat. La mise en page est correcte, mais aurait pu être meilleure (on doit parfois tourner la page pour lire le dernier paragraphe lié à  une section, et les archétypes de personnage sont un peu mal organisés.

J’ai lu le livre d’une traite, en sautant quelques fiches de vaisseau, mais toutes les règles, les hacks, le background et le résumé de partie sont passés comme une lettre à  la Poste. Chapeau ! Et ça m’a donné envie de jouer.

Comment on joue ? Et bien on commence par créer un Employé, qui sera caractérisé par son archétype (un pouvoir spécifique) et des objets. Ces objets sont ouvert à  toute idée, d’un classique fusil laser à  un poulpe de compagnie. On pourra utiliser un objet en cours de partie pour échapper à  une menace. Usage unique ou limité (un nombre de cases). Et c’est tout !

On choisit ensuite une mission, qui propose une série de mots-clés et une description du vaisseau visité. De quoi orienter l’ambiance. Une menace globale est également présentée.

Le truc en plus par rapport à  Fiasco vient lors de la partie. Les joueurs agissent / prennent la parole à  tour de rôle. Lorsqu’on établit une scène, on décrit l’endroit où l’on se trouve. Puis on jette 2D6. Le résultat est à  lire sur une échelle indiquant si on a accès à  une scène d’exploration (pour récupérer des Ressources) ou de menace (pour y échapper) ou les deux ! Deux questions vont être posées par les autres joueurs. On pourra y répondre par Oui ou Non seulement, et elles vont compliquer et enrichir la scène pour le personnage s’il y répond Oui. Mais répondre Oui permet de progresser vers le côté Exploration de l’échelle. Répondre Non (et donc refuser d’inclure les idées des autres) fait progresser vers le côté Menace, avec le risque de se faire éjecter du vaisseau.

C’est cette phase qui donne un petit côté compétitif très sympathique au jeu, avec des vacheries à  s’envoyer à  tour de rôle. Quelques règles supplémentaires permettent de jouer avec les ressources que l’on récupère, sachant qu’on peut se la jouer perso ou collectif. La possibilité d’inclure des Flashbacks permet enfin d’épaissir les personnages. Avec un système bien vu de rappel à  la scène.

Bref, c’est un système très ouvert, mais qui semble bien cadrer et orienter la narration. Un vrai coup de coeur.

Le livre propose de nombreuses missions, mais aussi trois « hacks », qui conservent le moteur de jeu et changent le contexte (avec quelques ajustements mineurs de règles). Donjons & Mendiants permet de jouer des mendiants qui vont nettoyer un donjon après le passage des aventuriers. Très second degré, son univers de Fantasy pourra plaire plus facilement à  certains joueurs. Vieux Manoirs & Tentacules inclut une règle de Folie, et propose un bon vieux Lovecraft, avec nettoyage d’héritages étranges. Mon préféré est cependant Les Trésors de l’Extrême, sorte de TV-Réalité s’inspirant de Tomb Raider et autre Uncharted. Largués sur une île, les candidats vont chercher les indices d’un trésor caché et affronter des dangers insoupçonnés. Y a matière à  passer un très bon moment avec tout ça !

6. Est-ce que je vais m’en servir ?

Oui ! J’ai dans l’idée de proposer ce jeu aux membres de la Taverne (dont j’ai reconnu le pseudo de certains dans les contributeurs), et de l’embarquer avec moi dans ma « trousse de secours » (avec Fiasco et La Lune & Les 12 Lotus). J’hésite à  le proposer à  un groupe plus jeune, par contre. Le pitch pourrait les perdre, et pas sûr que ce soit ce que j’ai de mieux pour une initiation.

A la lecture, une idée de contexte m’est apparue. Jouer la Deathwatch. En mode narratif / exploration de Space Hulk. J’y réfléchis encore, mais ça me permettrait de goûter à  nouveau à  un univers que j’apprécie, sans éprouver la lourdeur des règles du jeu officiel.

Deathwatch Inc ?

7. Est-ce que j’en conseille l’achat ??

Oui, clairement, si vous n’êtes pas réfractaires aux jeux narratifs. Et puis, le rapport Qualité-Prix est clairement bon.

1 thought on “Eboueurs de l’Espace

  1. Pingback: L’Ordre des Veilleurs – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *