Braquage de la Caravelle !

      3 commentaires sur Braquage de la Caravelle !

La Caravelle, c’est un navire rôlistique qui sillonne dans les environs de la mer de Tipee. Portée par 500 NDG, elle propose chaque mois, contre une petite obole, des jeux différents, indépendants, des traductions de quickstarts, de petits jeux complets. Des trucs difficiles à  proposer en édition autrement.

La Caravelle

En ce mois de septembre, je participe de manière active à  la livraison de la Caravelle.

Colonies et Expansions

Le premier jeu proposé s’appelle Poleis, et à part qu’il s’agit d’un jeu de plateau en Print N Play, et qu’il s’agit d’expansions, de colonies à  l’époque de la Grèce Antique, je ne saurais vous en dire plus. Par contre, j’ai activement participé à  sa présentation, m’occupant de la partie graphique et de la mise en page du jeu et de ses composantes traduites (les cartes).

Pour les cartes, d’ailleurs, j’ai fait appel à mes amis Geckos pour me faciliter le travail. Résultat, une nouvelle carte va faire son apparition dans Geckos, dans un style grec ancien. Vous pouvez en voir un aperçu ci-dessous. N’hésitez pas à  me faire un retour sur la présentation ou ces cartes.

Exemple de carte pour Poleis

Braquage en plein jour

Sous ce titre se cache la traduction complète de Daylight Robbery, un jeu Powered by the Apocalypse par Edwyn Moriarty. Le jeu propose, sous la forme d’un one-shot, de mettre en scène un braquage. Inspirations : Reservoir Dogs, Payday, Heat, Point Break, … Des flingues, de la violence, des otages, une intervention du SWAT. Voilà  le programme.

Heat

Le jeu propose 4 livrets de personnages, une montée en tension avec des actions qui se débloquent au fil du temps, et un canevas de scénarios avec des déclenchements de complications.

Je me suis occupé intégralement de cette version française, traduction et mise en page. N’hésitez pas à  remonter au besoin des soucis qui apparaîtraient dans le jeu, que je les corrige / améliore au besoin. Le jeu est « libéré », c’est-à -dire qu’il ne sera pas disponible qu’aux membres de la Caravelle. Comme pour mes précédentes productions / traductions, il est maintenant disponible sur DriveThruRPG.

cover.jpg

Une partie sera sans doute bientôt proposée sur Nantes. Via la Taverne, ou peut-être aux Utopiales.

3 thoughts on “Braquage de la Caravelle !

  1. Olivier

    Salut Gulix,
    Je te remercie pour cette traduction, ainsi que pour m’avoir fait découvrir ce jeu.
    Je souhaite mettre en place une partie de Braquage en plein jour pour la première fois et je me pose quelques questions. J’espère que tu auras la gentillesse de me répondre.
    Une des actions consiste à « faire le boulot sous pression ». Saurais-tu me m’aider à comprendre ce que cela veut dire :
    – soit c’est une action dont le résultat fait monter la tension/pression ?
    – soit c’est une action que le MJ décide plus ou moins arbitrairement qu’elle se passe sous pression ?

    Sur la fiche du muscle au niveau de l’action Regard intimidant, il débarque au milieu d’une situation tendu. La situation tendue, est-ce quelquechose qui ait au jugé du MJ ou du joueur ou bien il y a des situations biens spécifiques ?

    Les actions spécifiques de chaque personnage sont elles utilisables plusieurs fois ou une fois ? Certaines sont clairement utilisables 1 fois, d’autres sont plus ambigues comme le tic-tac boum du muscle.

    J’ai également du mal à discerner ce qu’est une demande raisonnable par rapport à une qui n’en serait pas dans le contexte d’un braquage de banque. Aurais-tu des exemples ?

    De manière générale si tu as des conseils pour m’aider à maîtriser ce jeu, je suis preneur ;-).

    Olivier.

    Reply
    1. gulix Post author

      Bonjour et merci de l’intérêt pour le jeu !

      Pour maîtriser le jeu, le meilleur moyen est de se laisser aller et de ne pas trop se formaliser sur les actions. En gros, la plupart du temps, il faut la jouer « roleplay ». Quand il y a une incertitude au résultat d’une action, ou quand un joueur déclare vouloir jouer une de ses actions, et que la fiction correspond au déclencheur de l’action, alors il faut y aller et lancer les dés.

      Par exemple, pour le regard intimidant, il ne faut pas juste que le joueur déclare utiliser son action. Il faut qu’il débarque vraiment au milieu d’une situation tendue : un otage récalcitrant, un conflit entre deux autres personnages … Le meneur peut décider que la situation n’est en rien tendue et la résoudre automatiquement. Maintenant, utiliser des Actions permet de faire monter les horloges.

      L’action sous pression est à gérer de la même manière : est-ce que le personnage est tranquille et compétent ? est-ce qu’il est pressé par le temps, par une menace ? La fiction devrait être claire.

      Les Actions sont généralement illimitées. Mais comme précisé plus haut, ce ne sont pas des « pouvoirs » qu’on déclenche à tire-larigot. La fiction doit amener à leur utilisation. C’est à mon sens le plus gros changement pour des joueurs habitués à des jeux classiques avec une gestion au tour par tour des actions.

      Reply
  2. Pingback: Dans le pays des cercueils – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *