Le D sur la Table

      Aucun commentaire sur Le D sur la Table

1.) Quoi que c’est ?

Le D sur la Table est un JDR « clé en mains » édité par la Plume de Cyrano. Plus d’infos sur le GROG.

2.) Vous en avez entendu parler où pour la première fois ?

J’ai dû en entendre parler sur CasusNo, le Fix ou un groupe de JDR sur Facebook. Les retours étaient plutôt bons, la proposition assez claire (un jeu proposant une campagne courte, avec un D spécial qui génère des effets).

3.) Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ?

Un achat réfléchi (pour une fois !) suite à la lecture de plusieurs retours (dont celui sur SiteGeek). Le jeu était dans ma to-buy list depuis plusieurs semaines, et j’ai profité de sa présence à la boutique de jeu lors d’un passage « achat de peinture » pour le prendre.

4.) Vous pensiez trouver quoi ?

Je pensais tomber sur un jeu d’occulte-contemporain, avec une montée progressive dans l’horreur, avec ces portails qui s’ouvrent à la surprise générale. Un système de jeu basique (hormis la gestion du dé), et une campagne guidée de type « Série TV ».

Le Matériel de Jeu (photo par Sitegeek.fr)

5.) Vous avez trouvé quoi ?

J’ai trouvé une lecture agréable et rapide (une après-midi de lecture en fractionné). Le livre est bien mis en page, et les informations sont faciles à retrouver et à lire. Les aides de jeu sont intéressantes, mais je trouve dommage qu’elles soient à ranger dans la couverture : c’est pratique pour ne rien perdre, mais ça déforme le livre.

Le Système

Le système a été une bonne surprise. Il reste assez classique dans son usage (2D6+Attribut vs Difficulté), avec des Traits ouverts à utiliser pour bénéficier de bonus. À cela s’ajoute des malus qui peuvent venir s’ajouter via des Traits négatifs, et une gestion de l’équipement assez abstraite qui me plaît. Le système de combat est également intéressant, avec cette gestion du Momentum. En gros, un camp est actif tant qu’il réussit ses actions. En cas d’échec, il donne le Momentum au camp adverse. Avec la possibilité d’utiliser l’Adrénaline, une ressource, pour récupérer le Momentum.

Alors que je craignais de tomber sur un système trop rigide, celui-ci me plaît par sa liberté d’usage, et sa gestion assez ouverte des affrontements. Il n’est pas trop lié au reste de la campagne, et pourrait resservir j’en suis sûr.

Un D sur la Table

Le fameux D qui donne son nom à la campagne m’a un peu déçu. Son principe est intéressant. Dans l’histoire, les personnages vont rapidement se rendre compte que des portails démoniaques s’ouvrent souvent autour d’eux, sans raison apparente (au début, du moins). Pour cela, un D sera posé au milieu de la table, et évoluera selon certaines actions. Quand il atteint son résultat maximal, un portail s’ouvre dans le jeu.

Les raisons qui vont amener à cette augmentation du D sont à la fois présentes dans le jeu (via les personnages) mais également hors-jeu (via les joueurs). C’est un peu dommage car j’ai peur de faire sortir les joueurs de l’histoire lorsqu’ils chercheront à trouver les mécanismes d’augmentation. Et le meneur de jeu devra être attentif à certains éléments pour ne pas les oublier. Plongé dans le feu de l’action, cela risque d’être compliqué et éreintant.

Les personnages vont également progresser via les découvertes des joueurs. Le mécanisme ludique est bien pensé : quand les joueurs découvrent une des raisons d’augmentation du D, leurs personnages gagnent en puissance. Maintenant, cette augmentation de puissance n’a pas forcément de lien avec l’histoire racontée, et il va falloir inclure ces nouvelles capacités dans le récit. Un point à travailler et bien réfléchir pour ne pas casser l’immersion, qui me gêne un peu.

La Campagne

La campagne proposée dans le jeu se déroule en grande partie à San Francisco. Quelques pages du livre présentent d’ailleurs San Francisco et son environnement. C’est efficace en ne présentant pas un guide complet, mais de quoi donner vie à la ville. Bien joué sur ce coup.

La campagne proposée tient en 4 grandes parties, réparties en 25 séquences. Chaque séquence est ciblée sur un événement, et proposée sur deux pages en vis-à-vis. La mise en page de ce côté-là est bien pensée, car elle regroupe les informations. Dommage que le diagramme des séquences ne soit pas proposé en aide de jeu, ça aurait été pratique pour l’enchaînement des Séquences. Même si cela va de soit assez facilement.

La campagne est assez linéaire. Les événements importants auront lieu, et les joueurs pourront faire dérailler la machine principalement sur la dernière partie, mais peu avant. Par contre, ils auront beaucoup de liberté dans les séquences. Celles-ci ne sont pas des scénarios clé en main. Elles présentent des idées de scène, les enjeux de la séquence, les protagonistes, mais point de plan, de déroulé des opérations. Cela permet d’offrir des libertés aux joueurs sur le déroulement des opérations, mais le meneur devra prendre garde à retomber sur ses pattes.

Concernant le contenu, on est plus dans l’action que dans l’horreur, même s’il est possible de déplacer le curseur facilement (certaines scènes sont assez dures). Le fantastique est de plus en plus présent dans l’histoire, et il faudra accepter certaines libertés sur le pouvoir d’action des personnages. Les PNJ principaux rencontrés sont intéressants, mais le grand méchant derrière le rideau est un peu trop derrière le rideau à mon goût. Il manque de présence, et donc de charisme, pour véritablement exister dans le final.

6.) Allez vous vous en servir ?

Peut-être. J’ai un autre jeu en cours de lecture dont la proposition tape dans la même cour : USA, influence de Séries TV, fantastique apparaissant dans le jeu, mini-campagne de quelques séances avec pré-tirés. On verra lequel l’emporte !

Le D sur la Table me donne envie de me lancer, le format court me plaît et m’intéresse. Mais mon temps de jeu n’est pas super extensible, donc on verra.

Au niveau lecture, ce jeu me servira également. Le système est intéressant et propose des choses à phagocyter (le Momentum ?). La présentation du livre, sa mise en page claire et efficace sont également des éléments que je vais garder en mémoire.

7.) En conseilleriez vous l’achat ?

Oui.

Le jeu n’est pas trop cher. Il propose un système clair et rapide à prendre en main, une proposition étonnante (le D) et un univers facile à appréhender. Il faudra des joueurs conciliants ne cherchant pas trop la petite bête pour rentrer à plein dans la campagne, et l’amener à sa conclusion.

La présentation de la campagne est bien réalisée, et le jeu peut proposer divers styles selon l’envie d’une table : fantastique à fond, action à 100% ou horreur prégnante.

Et puis, ça se lit rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *