#RPGaDay 2018 #4

      Aucun commentaire sur #RPGaDay 2018 #4

In english below

En ce mois d’août existe une tradition dans le milieu du JDR, depuis quelques années déjà : le RPGaDay. Le principe : une question par jour, à répondre sur un réseau social ou autre, à propos du JDR. Cette année, je vais essayer de m’y coller.

Je vais répondre aux questions en français proposées par D1000 et d100. Ce seront des posts courts, mais j’espère intéressants.

PNJ le plus mémorable ?

J’ai participé à une campagne assez longue de Fils des Siècles, qui nous a amené au siège de Troie dans le camp grec, menée par mon ami Giom. J’y jouais un marchand de vin adepte de Dionysos, apprenti alchimiste à ses heures. Devenus des sortes d’immortels, nous avons infiltré Troie et rencontré les gens importants. Dont le Prince de la pègre locale, un être violent, ignoble, répugnant et terrifiant. Totalement contraire aux idéaux de mon personnage. Mais capable de me tuer d’un claquement de doigt.

Pourquoi mémorable ? Parce que nous l’avons rencontré plusieurs fois, et qu’à chaque fois, je devais me contrôler. Choisir entre mes intentions de liberté et mon désir de vivre (et continuer de jouer). Je l’ai provoqué, contesté, j’ai été irrespectueux, au grand dam de mes compagnons. Mais nous avons survécu, nous l’avons renversé, nous avons eu peur, et ce sont ces souvenirs que j’ai de la campagne. Réaliser qu’on peut déstabiliser une menace par la parole était grisant et terrifiant.

Most Memorable NPC ?

I participated in a rather long campaign of Fils des Siècles, which brought us to the siege of Troy in the Greek camp, ran by my friend Giom. I played a wine merchant adept of Dionysus, apprentice alchemist. As immortals of sorts, we infiltrated Troy and met the important people. Including the Prince of the local mob, a violent, vile, disgusting and terrifying being. Totally contrary to my character’s ideals. But capable of killing me with the snap of a finger.

Why memorable? Because we met several times, and each time I had to control myself. Choose between my needs of freedom and my desire to live (and continue to play). I provoked it, challenged it, I was disrespectful, to the great displeasure of my companions. But we survived, we overthrew him, we were afraid, and those are the memories I have of the campaign. Realizing that you can destabilize a threat with words was exhilarating and terrifying.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *