[Utopiales 2018] Les Orphelins du RadX

      Aucun commentaire sur [Utopiales 2018] Les Orphelins du RadX

Dans le cadre des Utopiales, j’ai proposé des parties des Orphelins du RadX, histoire de tester de nouvelles choses, d’en confirmer d’autres, et d’obtenir des retours sur le jeu. J’avais prévu de faire trois parties, j’en ai fait deux.

Le Casting

Contrairement à mes premières sorties, j’ai enlevé la phase de création de personnages. Ce coup-ci, des pré-tirés étaient programmés. Cinq personnages avec des blancs à compléter, histoire de laisser un peu de choix aux joueurs.

Chaque personnage avait ainsi un Pouvoir défini, et deux Tons proposés pour ce pouvoir. Chaque joueur devait choisir le Ton associé à son pouvoir en début de partie, lui permettant de choisir la coloration de celui-ci. Cela a bien fonctionné, et permis d’introduire le mécanisme des Tons et de renforcer leur présentation.

Autre choix à faire, l’Astuce associée à son personnage. (Les Astuces sont équivalents aux Ficelles du métier de Swords Without Master). Deux Astuces étaient proposées pour chaque personnage. L’objectif était de proposer un choix aux joueurs, là encore, mais ça a échoué. Parce que les Astuces impliquent des mécanismes que les joueurs ne connaissent pas en début de partie. L’explication prend du temps, puisqu’il faut expliquer deux Astuces à chaque joueur. Et les joueurs oublient ces règles rapidement, puisqu’ils n’arrivent pas à les raccrocher à quelque chose de concret avant que le jeu ne débute vraiment. Dans les faits, aucune Astuce n’a été jouée … Il va falloir retravailler ce point-là pour les prochaines fois.

Sans plus attendre, voici le casting proposé !

Yuan la Mystique

 

Julieta l’Ingénieuse

Dimitri le Studieux

Gaston le Mélancolique

Assane le Casse-Cou

Pour information, ces feuilles de pré-tirés sont moins sexy que celles que je réalise pour Monster of the Week ou Swords Without Master. Une raison toute pragmatique à cela. Comme Les Orphelins du RadX est une création de ma part, que j’envisage à terme de publier / faire publier (PS : un éditeur / illustrateur intéressé par ce projet ? N’hésitez pas à me contacter !), j’ai fait le choix de ne rien proposer lié à ce jeu qui soit protégé par des droits quelconques. Les images choisies ici sont des images du domaine public ou en Creative Commons, et représentent l’Inspiration qui peut servir à affiner le concept d’un personnage. La feuille de personnage doit encore évoluer, mais le travail n’est pas encore totalement focalisé dessus.

Direction Saïgon !

Pour ma première partie, j’avais choisi de proposer un setting légèrement exotique : Saïgon et une sorte d’Indochine française. Dans mon idée, j’envisageais de proposer une séance s’inspirant d’Apocalypse Now. Mais le jeudi matin, les joueurs sont rares. Et on se les arrache. Et si je me suis préparé à avoir 4 joueurs, quand un groupe de 5 se présente, je les prends !

Deux adultes, trois enfants. Deux jeunes ados et une petite fille. Bon, on va oublier Apocalypse Now. Les Orphelins débarquent à Saïgon pour retrouver Théo, un autre Orphelin qui aurait été vu dans le coin. Bien sûr, les autorités recherchent toujours les Orphelins.

Voici les Trames qui ont été générées lors de cette partie :

Une partie vraiment plaisante, avec des propositions très originales et de la magie et du mystère à foison. Ce que j’attendais de ce cadre ! Il y a eu des visites dans la jungle, une fuite de Saïgon cernée par les Hussards Impériaux, la rencontre avec des rebelles étranges, un vieux sage qui cache bien son jeu, et des dissensions dans le groupe. Le tout m’a donné des idées pour renforcer ce cadre et proposer des factions et des personnages qui y sont liés.

Jouer avec des enfants m’a également permis de noter quelques petites choses intéressantes dans la transmission du jeu. Ils se posent moins la question « Est-ce que je peux faire ça ? » et s’emparent bien volontiers de la narration. Mais les petits points techniques (prendre le dé de Pouvoir, utiliser son Astuce) leur passe un peu au-dessus.

Le Carnaval de Nantes

La seconde partie des Orphelins était programmée pour la Soirée Ludique (Nuit en fait, mais Soirée pour moi). J’avais prévu de proposer une double-séance, histoire de tester les mécanismes d’évolution des personnages entre deux parties.

Le cadre envisagé pour cette partie était celui de Nantes, déjà expérimenté lors d’une précédente partie. En plein Carnaval, une nouvelle Machine de l’Atelier devant être dévoilée.

Cette partie n’a pas été des plus réussies. Le jeu ayant été gardé en réserve (grosse affluence dans l’après-midi pour s’inscrire), j’ai obtenu une table qui était là parce qu’il restait presque plus que ce jeu. Les joueurs n’étaient pas à l’aise avec la narration aussi ouverte, ni avec la possibilité d’influencer aussi directement l’histoire racontée. Autre erreur, le cadre et l’introduction étaient trop ouverts, et le démarrage de l’histoire en a souffert. Il manquait un objectif clair à leurs personnages. C’est noté pour le futur ^^.

Voici les trames obtenues lors de la partie :

L’histoire racontée, malgré des longueurs et pas mal de temps morts est finalement intéressante : les Orphelins sont par hasard tombés sur un complot visant à assassiner le Faucon. Nom de code qui correspondait à Marie Curie, une des inventrices du RadX ! Le terrible Igor Tête-de-Fer (premier surhomme de l’A.G.I.N. !) en était l’exécuteur. Et il affronta les Orphelins et les poursuivit dans un final presque apocalyptique. Au passage, un Kraken d’Ombres surgit dans les douves du Château des Ducs.

Il n’y a pas eu de deuxième partie, la fatigue aidant (et cette première avait duré plus de trois heures déjà). Je n’ai pas pu tester les mécanismes d’évolution, à mon grand regret. J’ai pu confirmer qu’il faut bien cibler les joueurs, et préciser en amont que de la pro-activité est recommandée. Le scénario doit aussi être mieux lancé, et il ne faut pas s’imaginer que tout le monde aux Utopiales connaît bien la ville de Nantes. J’ai présumé de ça, et j’avais trois joueurs sur quatre qui ne visualisaient pas vraiment ce que je racontais et les lieux au début de l’histoire.

Bilan

J’ai pu moins tester les Orphelins que ce que j’avais prévu. C’est une déception, mais ces deux parties m’ont permis de noter des choses intéressantes, sur la manière de transmettre le jeu et sur certains points de règles.

Je dois par exemple virer ce choix, dans les prétirés, de l’Astuce. Une seule Astuce par personnage, bien cadrée et expliquée, sera sans doute plus utilisée qu’un choix à faire pour un joueur qui découvre le jeu. Les Attitudes, figées, sont mieux comprises et sont utilisées. L’utilisation du dé de Pouvoir est également à améliorer. Le mécanisme tourne bien, mais trop souvent (en début de partie, notamment), les joueurs lancent les dés et veulent utiliser leur Pouvoir, mais ont oublié de lancer le dé adéquat. Bon, je suis pas chien, j’autorise à ce qu’ils le lancent ensuite.

La nouvelle phase de Discrétion a bien tourné, mais est presque trop facile. Je dois revoir certains points dessus pour la rendre plus stressante. J’ai plusieurs pistes (moins de libération de cases, et diminuer la taille du plateau).

Les personnages, et la façon dont ils sont définis (Bon à savoir et Les autres) sont bien compris par les joueurs, et je suis content de cette caractérisation. Ce ne sont pas des personnages trop figés, et chaque joueur a pu l’interpréter à sa manière, en se basant sur ces bribes d’informations.

J’ai encore pas mal de rédaction à faire pour les Orphelins, notamment dans les exemples et le didactisme. L’univers et les cadres vont également être la cible de pas mal de travail dans les semaines et mois à venir. La prochaine grosse échéance publique devrait être début mars au Colloque de Bob, mais j’ai également un festival ce weekend sur Vallet, un petit truc local. Je parlerai du jeu, et s’il y a des intéressés, je le sortirai peut-être.

En attendant, si ce projet vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter ! Je n’ai pas de problèmes à diffuser une version très alpha encore des textes. Et sait-on jamais, si un artiste graphique est intéressé par le projet, une collaboration autour de l’univers du jeu est largement envisageable. Tout comme un projet d’édition.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *