Rangers of Shadow Deep

      7 commentaires sur Rangers of Shadow Deep

Rangers of Shadow Deep est un jeu de figurines par Joseph McCullough, le papa de Frostgrave. Contrairement à ce dernier, il s’agit d’un jeu auto-édité, proposé pour l’instant uniquement en PDF via le site DriveThru. Il n’y a pas de gamme de figurines proposée, et le jeu est axé pour du jeu coopératif ou solo.

Où j’en ai entendu parler pour la première fois ?

J’ai dans mes flux RSS quelques blogs de joueurs de Frostgrave, ainsi que celui de Joseph McCullough. Et il y a quelques semaines, j’ai vu fleurir quelques sujets à propos de ce jeu.

Achat compulsif, impulsif ou réfléchi ?

J’ai pris le temps de bien me renseigner sur le jeu, de son adéquation avec une utilisation solo, de la possibilité de jouer avec n’importe quoi comme figurines (selon ma collection). Parce que le PDF seul est à 20$, ce qui n’est pas négligeable.

Ayant une petite cagnotte sur DTRPG, j’ai utilisé cette manne pour m’offrir ce jeu, que j’ai imprimé pour un confort de jeu et de lecture.

Je pensais trouver quoi ?

Un jeu proposant une expérience solo avec une IA intéressante et variable, et des mécanismes orientés solos. Le tout accompagné de scénarios à l’ambiance assez ouverte, pour pouvoir les utiliser sans compléter ma collection de figurines.

J’ai trouvé quoi ?

Un joli jeu, pour commencer. La mise en page est sobre mais de bon aloi, et les illustrations sont assez réussies. Le même auteur a travaillé sur les illustrations et la couverture, ce qui donne une belle uniformité à la gamme. Il y a de jolies illustrations dans ce livre. Cela change de ma première rencontre avec Song of Blades & Heroes, par exemple.

Le livre est assez copieux (+200 pages), mais reste digeste. La mise en page aérée aide en cela. L’univers est esquissé par quelques encarts, mais reste très générique. Au niveau des règles, les habitués de Frostgrave devraient se sentir à l’aise : c’est la même chose. D20+Carac vs Diff / D20+Carac. En combat, c’est pareil : D20+Combat+Mod vs D20+Combat+Mod. Le plus haut l’emporte, et on compare son Résultat + Modificateur de dégâts à l’Armure de la cible pour déterminer les PV perdus.

Il n’y a rien de spécifiquement solo là-dedans. L’IA des monstres est quasi-identique à celle que l’on retrouve également dans Frostgrave pour les rencontres aléatoires. En combat ? Le monstre tape. Sinon, il se rapproche de la cible la plus proche. Si aucune n’est en vue, il se rapproche du point d’intérêt le plus proche … Basique.

La création du personnage est également assez simple et proche de Frostgrave, là encore. On a un profil de base pour notre Ranger. Qui n’est pas forcément un « Rôdeur » comme on les connaît dans Dungeons & Dragons. Il s’agit d’un homme de terrain, mais qui peut maîtriser les arts magiques, ou être une boîte de conserve. À l’aide de 10 points de création, on va pouvoir le customiser : augmentation de caractéristiques, achat de compétences, talents uniques, sorts …

Comme il s’agit d’un jeu de figurines, au pluriel, il y a aussi la possibilité de recruter des soutiens. La liste est assez bien fournie, et chaque soutien apporte une diversité bienvenue, tout en restant bien générique pour que l’on puisse piocher dans notre collection. On trouve des érudits, des voleurs, des chiens de combat, des arbalétriers, des archers, des magiciens, des chevaliers, des barbares … Chaque soutien a un profil fixe, qui évoluera en lui fournissant de l’équipement amélioré entre les parties.

Reste maintenant à partir à l’aventure ! Pour cela, le jeu propose des scénarios découpés en mission. Deux scénarios sont proposés de base, constitués respectivement de deux et trois missions. Ils permettent de découvrir progressivement les règles, avant de se lancer dans le grand bain : une campagne complète qui fait partie de ce livre de base.

Les scénarios et les missions, c’est ce qui sert vraiment le propos du jeu. Il s’agit de scènes dans des lieux particuliers, où le combat va avoir lieu, mais pas que. Les compétences des personnages vont être mises à l’épreuve, pour ouvrir des portes, repérer des pistes, découvrir des trésors … Et chaque scénario propose de l’aléatoire. Par les Événements tout d’abord. Un tirage de carte (52 cartes classique) à chaque tour déclenche un Événement, qui ne peut être prévu puisque aléatoire : arrivée d’ennemis, découverte d’une piste … Il y a également des points d’intérêt dans de nombreux scénarios, et il faut les visiter pour en découvrir la teneur. Qui peut être bonne comme mauvaise.

Dans la première mission du premier scénario, on visite un village abandonné, suite à des rumeurs sur une infection, et la disparition d’un ranger dans cette région. Rapidement, on va se retrouver cerner de zombis ! Classique, mais efficace. Il y a des points d’intérêt dans le village, il va falloir crocheter certaines portes, et on va pouvoir trouver le ranger manquant, des survivants, un zombie, des pistes vers la mission suivante ou des trésors ! Et les événements rythment l’arrivée des monstres.

Je n’ai pas encore lu en détail la Campagne, mais les deux premiers scénarios (et donc les 5 missions) sont variés et intéressants dans l’approche didacticielle du jeu.

Est-ce que je vais m’en servir ?

Oui.

D’ailleurs, j’ai déjà joué la première mission (un succès !). Le jeu ne cache pas une grande profondeur tactique, et en solo, il ne s’agit pas de résoudre un casse-tête contre les règles du jeu. Non. On est dans une approche narrative qui va nous permettre de raconter cette histoire de la lutte contre le Shadow Deep, en jouant des parties rythmées, surprenantes, et en imaginant le destin de nos personnages. C’est un vrai bon mix entre le jeu de figurines et le jeu de rôles.

Ça vaut le coup de l’acheter ?

Oui, si vous cherchez un jeu de figurines pas prise de tête et que vous maîtriser bien l’anglais. Si vous cherchez un jeu technique, passez votre chemin. Pour la coopération, c’est très basique et cela ne révolutionnera pas le genre. Mais c’est un bon moyen de partager sa passion de la figurine.

Pour la langue, c’est largement compréhensible mais chaque scénario apporte son lot de nouveautés, et traduire en direct lors de la partie les événements, les points d’intérêt peut se révéler fastidieux. Est-ce qu’il y aura une VF ? Aucune idée. Peut-être ?

Le jeu est prévu pour avoir du suivi (le premier supplément est presque achevé). L’auteur l’a démontré avec Frostgrave, il a des idées. Pas forcément révolutionnaires, mais des idées bien exprimées et qui permettent de jouer sans se prendre la tête, en fouillant dans nos cartons pour trouver quelques figurines qui sortiront de l’ombre pour l’occasion.

7 thoughts on “Rangers of Shadow Deep

  1. Podcast anonyme

    J’attends avec impatience ma version imprimée qui est en cours d’acheminement. Je vais pouvoir recycler toutes mes figurines D&D, mes tokens D&D et Pathfinders, mes tuiles et battle maps qui traînent sur mes étagères. Que du bonheur !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *