Réflexions face au Titan

      9 commentaires sur Réflexions face au Titan

Autour de quelques tests, relectures et analyses, voici quelques réflexions qui parcourent actuellement mon travail sur Face au Titan. Quelle enveloppe est-ce que je veux donner au jeu ? Qu’est-ce que les joueurs doivent apporter à table, et qu’est-ce que le jeu doit leur proposer ? Ce court post a pour but d’exposer ces réflexions actuelles. N’hésitez pas à y réagir !

La Multiplication des Tons

Commençons par une remarque qui est revenue assez fréquemment : la multiplication des Tons entre les Phases. Déjà que cette mécanique des Tons sort de l’ordinaire, le fait de multiplier les différents couples (sans compter les Tons du Titan) semble gêner certains. Je n’ai pas vraiment ressenti ce problème en partie de tests, même si le duo « Mystique / Rationnel » n’a pas fonctionné aussi bien qu’espéré.

L’objectif derrière cette multiplication est de proposer des enjeux et des visions différentes sur chacune des Phases de jeu. Je ne vois pas de Tons Transversaux qui me permettraient cela. Cette idée me vient de With Great Power, le jeu de Michael Miller utilisant le moteur de Swords Without Master. Les Tons du jeu sont Bleu / Rouge, mais proposent une interprétation différente à chaque Phase. Pour l’instant, c’est une mécanique qui va rester.

La multiplication des Tons est aussi présente chez les Titans. Est-ce que 5 Tons pour un Titan, ce n’est pas trop ? Cinq Tons, cela permet de jouer avec le résultat du dé, qu’on associe à un Ton. Mais cela dilue peut-être les Tons « Primaires » du Titan avec d’autres plus accessoires ? J’envisage de réduire à trois ces Tons, pour chaque Titan. Dans le but d’accélérer le choix du Ton par les joueurs, et de renforcer certains aspects des Titans.

Des procédures trop variées

J’ai fait jouer au jeu des gens n’ayant pas lu le jeu. Et chaque Phase de jeu a nécessité un temps d’explication, de rappel. Malgré des aides de jeu. Des aides de jeu ratées, trop verbeuses. Je dois travailler là-dessus pour mieux transmettre le flux de parole et des dés de chaque Phase.

Les Phases se ressemblent au final toutes un peu (si ce n’est celle de l’affrontement), mais le diable est dans les détails. Un coup je donne les dés et je pose une question, l’autre coup je donne les dés et on me pose une question. Cela perd un peu les joueurs, et ces modifications n’ont pas vraiment d’intérêt ludique. Alors que je suis moi-même un fervent critique des sous-systèmes que l’on trouve parfois dans certains jeux et qui s’éloignent des principes de base du jeu.

Il va donc falloir commencer par réviser les Phases du Titan et du Monde, qui vont être unifiées dans leurs mécaniques, comme peuvent déjà l’être les Phases des Compagnons et des Préparatifs. Les liens vont d’ailleurs être soulignés, peut-être en donnant un « type » à ces deux types de Phases.

Objectif : moins d’explications de règles, plus de jeu.

The Autumn Bringer by João Fiuza

Le Titan, cet inconnu

Venons-en au gros morceau du jeu : le Titan. Cet être dont la présence façonne le monde et ses habitants … est inconnu au démarrage de la partie. Et les joueurs ne peuvent y faire référence lors de la Phase des Compagnons, qui vise à présenter leurs personnages, leurs motivations, leurs expériences. Le Titan n’apparaîtra qu’au premier Double, ou au début de la Phase lui étant dédiée.

Ce point de règle est venu d’une mécanique similaire dans Sorceress Bloody Sorceress, qui propose de ne révéler la Sorcière (parmi une sélection de 6) qu’au premier double. Mais après ces tests, et en y réfléchissant bien, la Sorcière ne façonne ni le monde ni l’histoire autant que le Titan. Le Titan est au centre du jeu. Il est le cadre du jeu.

Je vais donc revoir ma copie là-dessus. Le Titan sera sélectionné en début de partie, et imposera sa présence d’entrée de jeu, permettant aux joueurs de façonner des personnages adaptés au Titan. Comme dans Fiasco, par exemple (ou Protocol, ou Follow), les joueurs vont orienter leur partie en choisissant un Titan à affronter.


Partir de zéro

Ce qui suit découle de discussion que j’ai eu autour de ce projet, mais aussi autour d’autres jeux sans meneur. Et il va de pair avec la section précédente, sur le Titan.

Dans la version actuelle de Face au Titan, la partie commence sur un canevas vierge. On crée un lieu à partir de rien, on crée des personnages à partir de rien. Il y a bien l’Introduction, où l’on esquisse l’univers à partir de quelques questions, mais là encore, on part de rien. Et c’est intimidant et bloquant pour certains. En test, l’introduction et ses questions s’est révélée fastidieuse, peu fluide. Et donc peu convaincante et devant être changée.

La première solution que j’envisage est de fournir des cadres « clés en main ». Dans l’idée, un par Titan. Un univers rapidement esquissé, des lieux, des infos sur le monde, sur la Compagnie. En gros, fournir les réponses aux questions permettant de brosser le cadre de jeu. Cela demandera du travail pour fournir des cadres divers et intéressants, mais c’est un travail de création agréable. Est-ce une bonne idée maintenant ? Cela ne va-t-il pas trop brider les joueurs, enfermant chaque Titan dans son cadre ? Il faudrait trouver le bon équilibre entre propositions et ouverture.

L’autre solution est de retravailler cette série de questions. Ne plus laisser le travail à un seul joueur, mais jouer à une sorte de cadavre exquis ensembles. Le tout après avoir choisi le Titan, histoire de pouvoir s’appuyer dessus. Des réponses courtes plutôt que détaillées. Des choix simples à faire. Une carte tracée d’entrée de jeu pour servir de support. Des idées me sont venues en lisant Inoubliable récemment, et en relisant On Mighty Thews.

Les deux solutions sont intéressantes à explorer, et pourraient cohabiter. Mais il faut estimer la part de travail, de tests. Une version « démarrage rapide », et une version « création de cadre ». Il faut faire attention également à ce que la création du cadre ne devienne pas un jeu à part qui occulterait le reste. Ne pas se laisser entraîner.

Si vous avez des idées, des avis sur les questions exposées ici, n’hésitez pas ! Elles sont les bienvenues !

9 thoughts on “Réflexions face au Titan

  1. Damien

    Pour ce qui est des Tons, c’est vrai que ça change des jeux habituels mais on s’y fait. On peut aussi ne pas être trop exigeant entre joueurs sur l’interprétation et ça roule. Le nombre de tons du titans ne me semble pas une contrainte, mais plutôt une ouverture. on est pas obligé de tous les jouer et on peut aussi s’autoriser à les interpréter.
    Après, une aide de jeu synthétique résumant de façon claire et concise les mécanismes propres à chaque phase me parait importante, notamment pour pallier le problème de la nécessité des les expliquer justement ^^
    Proposer des cadres de jeu? Why not? mais je pense que c’est plus sympa de créer ses propres univers ses propres titans. Donc, quitte à créer des cadres, autant aussi créer la méthode pour créer les siens propres. Mas ça peut aussi être amusant de proposer des cadres proches de jeux déjà existant. Je pense à Chtulhu évidemment. Les phases de préparatifs et de confrontation prennent une forme bien particulière dans un cadre lovecraftien. On peut aussi se la coller avec un Bahamuth sorti de Final Fantasy 🙂
    Après, pour y avoir joué en solo, ce qui m’a le plus manqué, c’est vraiment le résumé des règles sur une fiche pour ne pas avoir à retourner dans le bouquin. Pour le reste, j’ai passé un très bon moment à jouer, c’était vraiment bien et j’envisage très sérieusement de jouer Face au Titan dans une perspective chtulienne dès que… j’aurais le temps ^^

    Reply
    1. gulix Post author

      Pour la prochaine « livraison », il y aura sans doute des aides de jeu. C’est mon objectif actuel.
      Dans le produit final, je pense en effet inclure un chapitre sur la création de Titan. De cadre aussi, sauf à intégrer cette procédure dans le jeu lui-même.

      Merci pour ton retour, ça fait très plaisir ^^.

      Reply
      1. Damien

        De rien, tout le plaisir est pour moi.
        C’est vrai que ça m’a fait un peu bizarre de jouer avec cette notion de ton et je me suis permis de bidouiller un peu pour coller à ma campagne dont le cadre et les persos étaient déjà définis et aussi pour que ça colle plus facilement avec un jdr en solo. Mais quels que soient les ajustements à faire, c’est un bon jeu. Il y a moyen de se faire de très bonnes parties 🙂
        Merci de l’avoir écrit ^^

        Reply
  2. Pingback: Rebattre les Cartes – Le Repaire de Gulix

  3. Lucas

    J’ai eu les même réflexions à propos du « canvas vide » de départ récemment sur 2 parties test d’un prototype de JdR.

    Au final tous les joueurs ont adoré la phase initiale de création collective du monde,
    mais la conséquence directe est que les parties ont duré presque 2 fois plus longtemps que j’estimais.

    Merci pour ton partage de réflexions sur le sujet en tout cas.

    Au passage, comme ce message sur r/RPGDesign m’a fait penser à repasser sur ton blog,
    tu pourrais être intéressé pour lui répondre et évoquer ton jeu : https://www.reddit.com/r/RPGdesign/comments/ao2cxj/looking_for_reading_material_games_about_fantasy/

    Reply
    1. gulix Post author

      En effet, la durée de la partie fait partie de ma réflexion. Et créer un univers, c’est presque un autre jeu, en fait. Pour l’instant, je vais fournir des cadres clés en main, et préparer une annexe sur la création de cadre.

      Reply
      1. Damien

        Si créer un univers peut être un autre jeu, pourquoi ne pas l’écrire ^^ ?
        Certes, Muses et Oracles et les Forges d’Encre sont plutôt bien fichus pour ça mais, pour ma part, je suis toujours preneur de nouveaux systèmes à combiner entre eux 🙂

        Reply
        1. gulix Post author

          Parce qu’il en existe déjà de très bien, et parce que je n’ai pas le temps ^^. Et puis c’est pas vraiment le propos de ce jeu. Et j’aime bien les jeux qui ne partent pas dans pleins de direction dans leurs propos, alors autant ne pas en écrire !

          Reply
          1. Damien

            ah, oui… le temps ^^ nan mais en vrai je comprends bien hein 🙂
            par contre, je confesse 1 certaine tendance à partir dans tous les sens justement ^^ mais je lutte 🙂 et c’est vrai en plus 🙂
            en tout cas, j’ai dans ma liste de solo à jouer un Titan dans une ambiance lovecraftienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *