Burn Notice

      Un commentaire sur Burn Notice

Alors que la saison 3 ne devrait pas tarder à  commencer (le 6 juin pour être précis), je vais ici vous présenter rapidement Burn Notice, une série que j’ai découvert récemment, et qui est vrai bol d’air.

Burn Notice

Le pitch est pas vraiment compliqué. Michael Westen, agent secret américain, découvre qu’une Burn Notice à  son encontre a été émise. En gros, il est hors-circuit. Il va rapidement atterrir à  Miami, où vit sa mère, son ex et un de ses meilleurs amis. Entre différents « petits boulots » où ses compétences d’espion seront mises à  contributions, il va tenter de découvrir qui a lâché cette Burn Notice sur lui.

A chaque épisode son intrigue indépendante, avec une âme en détresse à  aider. Car Michael est du genre bon samaritain. Il aidera ainsi des amies de sa mère s’étant faites arnaquées, des connaissances ayant quelques soucis avec la pègre locale, il résoudra quelques kidnappings, … En toile de fond, il continue d’essayer à  comprendre sa Burn Notice.

Old School – New School

La série possède un côté très old school, avec pas mal d’éléments qu’on retrouvait dans des séries TV des années 80. Déjà , au niveau de l’ambiance, on retrouve un peu de Miami Vice. L’image, la couleur, est très différente de ce qu’on trouve dans Les Experts : Miami, par exemple. C’est plus artificiel, plus joyeux.

Sam Axe en action

Aux niveaux des intrigues, on trouve également un côté 80s. Les personnages sont souvent manichéens. Méchants ou gentils. Même si certains épisodes jouent avec ça et incluent quelques twists sympathiques. On trouve souvent les brutes épaisses « gardes du corps » qui entourent le bad guy de l’épisode, qui traîne en boîte chicos.

Maintenant, l’aspect espionnage est plus axé vers le nouveau style d’espionnage qu’a apporté Jason Bourne. C’est du direct, et de la démerde. Michael Westen est une sorte de Jason Bourne, en plus joyeux. On retrouve aussi le style Ocean’s 11 (et suites) dans la mise en place des plans de l’équipe. Il y a souvent plusieurs niveaux à  ce qui est mis en place, et le plan se déroule rarement sans accrocs.

« J’adore qu’un plan se déroule sans accroc »

Cette phrase physique d’Hannibal Smith, de l’Agence tous risques, m’amène à  une des dernières comparaisons que j’accolerai à  Burn Notice. On trouve pas mal de points communs à  ces deux séries, entre le passé des personnages principaux (militaires ou approchant), les plans pour résoudre chaque épisode, les groupes de méchants.

Galerie de portraits

Burn Notice m’a conquis en premier lieu pour son casting. Déjà , c’est en découvrant que Bruce Campbell y jouait que je m’y suis intéressé un peu plus. Il y joue Sam Axe, le « buddy » de Michael. Ancien Navy SEAL, FBI, il a pas mal de connexions dans les différentes agences américaines, et n’hésite pas à  endosser différentes personnalités. Comme à  son habitude, Bruce amuse aussi la galerie avec Sam, retraité qui profite de ses « lady friends » qui le logent et le nourrissent. Et l’abreuvent également, car jamais il ne crachera sur une bonne bière ou un mojito.

Sam Axe dans un autre genre d'action

Michael Westen est joué par Jeffrey Donovan, qui est belle gueule, parfait pour camper un espion. Mais il est assez bon acteur, et joue parfaitement avec les multiples accents que nécessitent ses différentes impostures. Une de ses mimiques que je préfère reste quand même son sourire forcé, souvent employé avec sa mère.

Le dernier personnage de la bande est Fiona, ancienne de l’IRA, et ex/future/possible de Michael. Elle est jouée par Gabrielle Anwar, qui change des actrices que l’on voit habituellement dans ce genre de séries (moins Playmate que d’habitude). Elle apporte un vrai décalage avec Sam et Michael, toujours prête à  sortir le gros calibre et fada d’explosions en tous genres.

Ces trois-là  sont un groupe uni, et la série met ça parfaitement en valeur dans les différents épisodes où l’un d’eux est en très mauvaise posture. Une véritable amitié très agréable à  regarder. Et en plus, ils se connaissent par coeur, et arrivent facilement à  improviser en cours de mission.

Après ce trio de choc, on trouve la mère de Michael, plus ou moins au courant des activités réelles de son fils, qui essaye de le caser, de le faire s’ouvrir aux autres, de le réconcilier avec son frère (personnage revenant de temps en temps). Ces moments sont sympa et rompent souvent avec l’intrigue avec un décalage bienvenu.

D’autres personnages, souvent décalés, reviennent au cours des deux premières saisons. On trouve Barry le blanchisseur, Seymour le marchand d’armes (et son « jackass » de garde du corps), ainsi que plusieurs « méchants » surveillant Michael dans sa recherche du pourquoi de la Burn Notice.

Burn Notice est diffusé sur W9, et si vous voulez une série ensoleillée, pas prise de tête, avec des personnages agréables et des intrigues qui surprennent un peu (mais pas trop), avec un bon mix 80s-2000s, vous savez quoi faire maintenant !

1 thought on “Burn Notice

  1. Pingback: Khelren, maître des hacks – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.