Guide d’utilisation des Templates Pulp City

Découvrez mes templates « Pulp City » pour Magic Set Editor sur Github, ou sur le post de présentation du projet.

An english version of this guide is also available.

Préambule

Ce guide a pour but de vous aider dans la réalisation de vos cartes pour Pulp City, à  l’aide de mes templates pour Magic Set Editor (MSE). Il peut également être utile pour comprendre l’utilisation de MSE.

Ce guide sera mis à  jour pour suivre l’évolution des templates, et pourra évoluer selon les retours des utilisateurs.

Dernière mise à  jour : 20/03/2015

Installation de Magic Set Editor et du Template

La première étape consiste à  installer MSE. Pour cela, dirigez-vous vers la page de téléchargement du logiciel, et téléchargez la Small Version (sauf à  vouloir utiliser tous les templates pour Magic).

Installez le logiciel en utilisant le fichier téléchargé.

La seconde étape sera d’installer le template. Sur la page des releases, vous pourrez télécharger la dernière version à  jour du template. Le fichier gulix.x.y.z.mse-installer contient l’ensemble de mes templates (pas uniquement pour Pulp City). Le fichier pulpcity.x.y.z.mse-installer contient uniquement mon template pour Pulp City. Téléchargez celui que vous souhaitez installer.

Double-cliquez sur le fichier mse-installer téléchargé, cela devrait vous ouvrir une fenêtre de ce style :

Package Manager

Tous les packages nécessaires pour l’installation du template sont indiqués en type « install », donc on peut valider avec le bouton « OK ». Les packages sont installés. Pour plus d’informations sur le processus d’installation, vous pouvez lire mon tutoriel à  ce sujet.

Mes templates utilisent parfois des polices d’écriture qui ne sont pas installées par défaut sur les ordinateurs. Il faut les télécharger et les installer. Les fichiers Readme présents dans chaque répertoire indiquent les polices à  installer.

Pour Pulp City, il faudra télécharger les polices Komika Text, Komika Display et Impact (cette dernière étant généralement déjà  installée sur les Windows). Une fois téléchargées, installez-les (toutes les variantes pour les Komika).

La phase d’installation est terminée

Configuration du Deck « Supremes »

Nous allons commencer par les cartes de « Supremes ».

Lancez MSE, et créez un nouveau Set, en sélectionnant le template Supreme pour Pulp City.

Create new set

L’écran devrait ressembler à  ça :

First step

Il se peut, selon la configuration de votre affichage, que la carte dans la partie de gauche ne soit pas affichée entièrement. En effet, par défaut, dans MSE, l’affichage se fait à  100%, et les cartes font presque 1000 pixels de hauteur. Pour améliorer l’affichage, sélectionnez le menu Edit, puis Preferences …. Dans l’onglet Display, sélectionnez le zoom qui vous convient.

Zoom

La prochaine étape consiste à  configurer l’aspect général de votre Set. Cela se passe dans l’onglet Style de l’écran général. Plusieurs champs vont vous permettre de saisir des variables pour définir le style. Nous allons les passer en revue :

Style

La case à  cocher « Options specific to this card » (1) doit pour l’instant rester décochée. Nous verrons son utilisation plus tard.

L’option « Card language » (2) permet d’indiquer la langue utilisée sur la carte. Cela permet de disposer d’une image de fond de carte avec des valeurs traduites (Points de vie, Points d’action, Niveau, …). Sélectionnez la langue souhaitée.

L’option « Name font size » (3) est prédéfinie à  44, une valeur qui conviendra à  la majorité des cartes. La modifier changera la taille du nom du Supreme, dans le cadre jaune. De la même manière, les options « Actions font size » et « Powers font size » (4) permettent de spécifier la taille utilisée pour la police d’écriture des actions et pouvoirs du Supreme. Enfin, les options « Actions symbols size » et « Powers symbols size » (5) indiquent la taille des symboles utilisés dans les actions et les pouvoirs. Ces champs ont une valeur par défaut qui me semble être correcte. Dans une future étape, chaque carte pourra voir ces valeurs être personnalisées.

L’option suivante est « Hp with numbers » (6). Cette option permet d’indiquer si on souhaite voir, en légère transparence, le chiffre correspondant dans les cases des points de vie. Par défaut, l’option est à  « yes », car je trouve cette option plus lisible. Les cartes officielles n’ont pas cet affichage, et « no » leur correspond donc plus.

On termine avec l’option « Minions Displayed » (7). Sur les cartes officielles, l’information « Minions+ » se trouve sur la face « Recrutement ». J’ai décidé de l’inclure sur le côté « Jeu ». Par défaut, on n’affiche pas ce champ, qui se trouve en bas de la carte. En passant l’option à  « Yes », le champ s’affiche à  l’écran. A noter que cette option, selon votre préférence, peut être activée pour toutes les cartes, ou uniquement celles disposant de Minions. Dans ce cas, pour savoir comment affecter un style à  une carte spécifique, continuez la lecture, c’est un peu plus bas.

La configuration de base est terminée, vous pouvez sauvegarder votre Set dans un fichier .mse-set, histoire de conserver ces paramètres.

Utilisation du Deck « Supremes »

Repassons dans l’onglet Cards de MSE, et attaquons-nous à  la création d’un Supreme. Notre heureux gagnant est Ace of Wraiths. Pour tester, vous pouvez prendre n’importe quelle carte de Supreme. Nous allons commencer par modifier tous les paramètres de type numérique, ou de type « choix parmi une liste ».

Numbers & Choices

Les PA (1) et PA+ (2) sont des champs numériques. Entrez les valeurs correspondantes du Supreme. Notez que les cas particuliers (Supreme Zed avec son PA 4/2, par exemple) ne sont pas pris en compte. L’entrée ne peut être que numérique. Il faudra donc préciser cette caractéristique ailleurs dans le texte des Pouvoirs ou des Actions. Un autre champ numérique simple à  remplir est le niveau du Supreme (3). Pour saisir les valeurs, cliquez dans le cadre, et saisissez la valeur souhaitée. C’est aussi simple que ça !

Pour le mouvement, la valeur de Mouvement (5) est une valeur numérique à  renseigner, identique aux précédentes. Le type de mouvement (4) est une liste déroulante. Sélectionnez le type de mouvement, et l’icône évoluera en conséquence.

Les traits du Supreme (7) sont également des valeurs numériques. Maintenant, certains traits sont des Atouts / Trumps pour chaque Supreme. Pour cela, on clique sur l’icône du trait (6), et on sélectionne Normal ou Trump. Dans ce second cas, l’icône change de couleur, ainsi que la valeur.

La zone de Points de Vie (8) est également un menu déroulant. Cliquez sur la zone, indiquez le nombre de PV du Supreme, et les cases se rempliront. Selon le style choisir pour « Hp with numbers », les chiffres apparaîtront dans les cases, ou pas.

Pour les éléments du Supreme (9), on a encore un menu déroulant, mais dans ce cas, la sélection peut être multiple. Les différents éléments (Air, Terre, Eau, Feu, Lumières et Ténèbres) sont à  cocher pour que leur icône apparaisse sur la carte.

On termine par d’autres éléments « à  choix ». L’alignement du Supreme (10) (Hero, Villain ou les deux) permet de griser l’icône si on choisit « No » comme choix. Et l’origine du Supreme (11) permet d’indiquer Mystery (rouge), Science (jaune) ou Nature (bleu).

Text & Image

Deux champs peu utilisés par les Supremes sont à  examiner. Le premier concerne l’option Freelancer (1). On peut l’activer en cliquant dans le haut de la zone (la partie basse étant recouverte par le champ 7). Si on choisit « Yes », le F de Freelancer apparaît. L’autre champ est un champ de texte sous le type de mouvement (2). C’est ici qu’on peut indiquer qu’un Supreme a la caractéristique « Furtif / Stealth ».

La zone pour indiquer le nom du Supreme (3) est assez évidente. En-dessous, on trouve deux autres zones de texte. Les factions du Supreme (7) sont sur la même ligne que l’option Freelancer, et le type du Supreme (8) (Mécanique, Vivant, Extérieur, …) juste en-dessous. Ces trois options ne permettent pas de passer de lignes.

Le cercle en haut à  gauche est là  pour accueillir votre image du Supreme (4). Photo de votre figurine, image officielle, ou autre, c’est à  vous de choisir. Double-cliquez dans la zone vide, et un écran de sélection d’image apparaîtra. Choisissez votre image, et vous arriverez à  l’écran suivant :

Image selection

Dans la zone « Original » à  gauche, vous avez votre image. Un cadre de sélection s’y trouve, vous permettant de sélectionner la zone de l’image que vous souhaitez utiliser. Un aperçu est disponible à  droite, tout en sachant que l’image sera masquée aux alentours, puisque affichée dans un cercle. Meilleure est la qualité de l’image d’origine, meilleur sera le résultat.

Il reste la partie la plus copieuse, maintenant : les pouvoirs et les actions. Commençons par les actions (5). La police utilisée dans le template est une police qui affiche tous le texte en majuscules, mais avec des grandes et petites majuscules (correspondant à  du texte en minuscule). Commencez par écrire du texte pour rien, pour tester la police.

Ensuite, testez le gras. Pour cela, deux options. Sélectionnez le texte à  mettre en gras, et, au choix, utilisez le raccourci clavier Ctrl+B, ou cliquez sur l’icône B dans la barre des icônes. Pour ma part, j’utilise le gras pour le nom de l’action et pour les FX/EFX spécifiques au Supreme.

Tapez quelques chiffres au milieu du texte. C’est peu lisible à  mon goût. Cela vient de la police. Comment y remédier ? On va passer les chiffres en italique. Dans ces zones, l’italique a été connecté à  une autre police, qui affiche bien mieux les chiffres. En passant en italique les chiffres, on va donc changer de police de caractères, et avoir des chiffres plus lisibles. Pour passer en italique, sélectionnez le texte, puis utilisez le raccourci clavier Ctrl+I, ou l’icône I . Au passage, passer en italique permet d’avoir une police d’écriture avec majuscules et minuscules.

Et les symboles spéciaux ? Des raccourcis permettent de les inclure dans votre texte. Dans MSE, en plus du gras et de l’italique, un texte peut être de type « Symbole ». Dans ce cas, le texte n’est pas affiché, et à  la place, si on trouve les chaînes correspondantes, des symboles sont affichés. Tapez le texte suivant, en respectant les majuscules : /MN/SP/st. Sélectionnez-le, et passez-le en symboles par le raccourci clavier Ctrl+M ou l’icône étoile après l’italique.

Symbols

C’est ce qui devrait être affiché dans votre champ texte. Pour connaître la liste complète des symboles disponibles, allez dans le menu Format, puis Insert symbol. Le menu déroulant présente les symboles disponibles, avec un aperçu et la chaîne correspondante au symbole. Vous pouvez aussi insérer le symbole voulu directement depuis ce menu.

Avec ces conseils, vous devriez pouvoir obtenir le résultat suivant :

Actions & Powers

Le champ des pouvoirs (6) se comporte de la même manière, mais est aligné par le bas. Les zones se superposant, il faut prendre en compte que les Actions sont au-dessus des Pouvoirs, et donc cliquez dans la zone basse de ce champ.

Minions+ & Exclusive

Nouveauté intégrée avec la version 1.2.0, la possibilité d’afficher les Minions associés à  un Supreme se trouve dans le bas de la carte, et nécessite que l’option de style « Minions displayed » soit à  « Yes » pour la carte.

Si c’est le cas, le cadre « Minions+ » (1) est affiché. Il s’agit d’un champ de choix, et vous pouvez sélectionner le nombre de Minions qu’apporte le Supreme. A droite, le cadre « Exclusive minion » (2) permet d’indiquer que le Supreme dispose d’un Minion exclusif. Cela permet d’afficher le cadre adéquat, et au sein de ce cadre, un champ texte permet d’indiquer le nom du minion exclusif (3).

Pour finaliser la carte, on va retourner dans l’onglet Style.

Style

La première chose à  faire, ici, est de cocher la case « Options specific to this card ». Cela signifie que les modifications n’impacteront que la carte courante. C’est le moment de modifier les différents champs de type « font size » et « symbol size », pour trouver la bonne combinaison qui rendra les champs lisibles, et sans dépasser du cadre.

Notre carte est terminée, on peut retourner dans l’onglet Card, et ajouter une nouvelle carte (icône avec un + vert). Jusqu’à  faire l’ensemble des cartes nécessaires.

Pour l’export des cartes, rendez-vous à  la fin de ce tutorial.

Configuration et utilisation du Deck « Minions »

Les cartes de Minions ressemblent en de très nombreux points aux cartes de Supremes. Pour cela, je ne vais aborder ici que ce qui change. On va donc commencer par créer un nouveau Deck, en sélectionnant le template Minions (dans la même section que Supremes). La première étape est là  aussi de configurer le style du deck. On passe par l’onglet style, qui ressemble beaucoup à  celui des Supremes :

Minions Style

Les options sont identiques à  celles des cartes de Supreme, à  l’exception de la dernière. Celle-ci permet de choisir l’affichage des points de vie, avec une barre unique pour la carte, peu importe le nombre de figurines (« Card »), ou l’affichage d’une barre de PV par figurine. Dans ce cas, on peut afficher autant de barres que de Minions au départ (« Starting_models ») ou autant de barres que le maximum de Minions possible (« Total_models »).

Notez bien que dans certaines configurations, il n’y a pas assez de place pour tout afficher (5 figurines à  10 PV, par exemple). Dans ce cas, l’affichage de type « Card » est celui utilisé automatiquement.

Minion

Revenons à  l’onglet « Card », et commençons à  modifier la carte. Cela se fait de la même manière que pour les Supremes, avec des éléments en moins (origine, traits atouts, …), mais aussi des informations en plus.

On commence par le nombre de Minions par carte, au départ (1). On affiche autant de pions que de figurines affectées à  la carte au début de la partie. Certaines cartes de Minions peuvent voir arriver de nouveaux Minions en cours de partie. Le nombre de Minions additionnels est indiqué avec des pions gris (2). Attention, il s’agit du nombre de Minions en plus, et pas du total de Minions possibles.

Certaines cartes de Minions ne peuvent être prises qu’en un seul exemplaire. On l’indique en sélectionnant la propriété « Unique » (3). Et certaines cartes (souvent uniques) sont également exclusives à  un Supreme. Pour cela, on active le cadre de Minion exclusif (4) puis on renseigne le nom du Supreme (5).

Il reste à  modifier le style pour obtenir une carte bien lisible (voir cartes de Supreme), et votre carte de Minion est prête !

Configuration et utilisation du Deck « Plots »

Parmi les templates à  disposition se trouve celui qui concerne les cartes « Plots », ou « Intrigue » dans ma traduction. Cela permet d’avoir à  disposition une carte reprenant les éléments du Plot choisi pour la partie. Le design proposé dans le livre de règles a été repris. Comme pour les cartes de Supremes, on peut choisir la langue du set :

Language

Cela modifie uniquement le texte affiché dans le bandeau supérieur. Ensuite, la carte est assez facile à  renseigner :

Card edition

On peut donc éditer le titre (1). Pour le descriptif (2) du plot, on peut se référer à  l’explication sur les champs Actions & Pouvoirs de la carte Supreme. L’utilisation spécifique de l’italique et des symboles y est la même. Le bandeau supérieur (3) permet d’accoler un petit message explicatif, et enfin, dans la partie haute (4), on peut indiquer une image à  placer là .

A noter que je mets à  disposition les cartes de Plot en version française.

Configuration et utilisation du Deck « Agendas »

Comme pour les cartes Plots, je propose un template pour disposer de cartes Agendas. Voici comment utiliser ce template, très simple :

Agenda

On indique le type d’agenda dans le titre (1), et on peut y ajouter un sous-titre (2). Ensuite, les trois sections d’agenda sont identiques : on dispose d’un nom d’agenda (3) et d’une section de texte (4), qu’on peut manipuler comme les sections de texte des cartes précédentes (c’est-à -dire avec l’italique pour afficher différemment les chiffres, et les symboles spécifiques au jeu).

Enfin, la partie haute (non-numérotée) permet encore une fois d’apposer une image personnalisée sur la carte.

Là  encore, je mets à  disposition une version française des cartes.

Export des cartes

Vous disposez maintenant de sets de cartes dans Magic Set Editor, mais qu’en faire ? Et bien, MSE va vous permettre de générer l’ensemble des cartes sous format Jpeg. Pour cela, rien de plus simple : utilisez le menu « File / Export / All card images … » La fenêtre suivante s’ouvrira :

Export

Pour le format du nom, utilisez card.name pour les cartes de Plots et d’Agendas. Pour les cartes de Supremes, il faut utiliser card.supreme_name.

On sélectionne ensuite les cartes souhaitées : toutes (Entire Set) ou une sélection (Custom sélection). A la validation, on sélectionne le répertoire dans lequel seront créées les cartes, et voilà  ! On a nos cartes générées !

A vous de les imprimer, en passant par un outil de mise en page comme Scribus, Word ou Writer.

1 thought on “Guide d’utilisation des Templates Pulp City

  1. Pingback: User guide for the Pulp City Templates – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.