Lectures de Rôle #19

      Aucun commentaire sur Lectures de Rôle #19

Aventures en une page

Aventures en une page est un projet mené par le duo Jan Van Houten et Nicolas Folliot. L’un à l’écriture et au dessin, l’autre à la mise en page et à l’édition, le tout publié par Jdrlab. L’objectif : proposer une série d’aventures tenant en une seule page (recto uniquement), avec tout ce qu’il faut pour vivre une aventure rafraîchissante.

Il y a dans cette première saison 14 aventures de disponible, et une quinzième est prévue pour clore cette première série. 14 aventures variées, surprenantes et super inventives. Si vous me lisez régulièrement, vous savez que j’apprécie le format court. Là, j’ai été soufflé.

Par la mise en page (claire, aérée, aux couleurs pastels (?)), grâce à des illustrations intégrées malicieusement au texte, un max d’informations sont transmises, et les aventures se dévoilent devant nous. Pas besoin de lire un scénario de plusieurs pages : tout est là devant nos yeux. Alors, bien sûr, il faudra imaginer les statistiques des adversaires, la technique étant absente. Mais c’est aussi la force des ces aventures : c’est adaptable à n’importe quel système d’aventure médiévale-fantastique : Macchiato Monster, Sodalitas, Dungeon World, Dungeons & Dragons, Quest ou n’importe quel autre.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est la variété des situations. On a de l’exploration de donjon classique. On a un casse. De la chasse. Une course-poursuite. De l’enquête. Une évasion. Et pleins d’autres choses. Le tout avec une vision moins guerrière du genre. Exit les aventures de Murder Hoboes. Et pour jouer avec un public plus débutant (ou pour mettre en les mains d’un meneur débutant) : c’est juste parfait !

A noter que cette première saison a invité quelques artistes extérieurs qui se fondent parfaitement dans l’ensemble, et offrent une vision intéressante à l’ensemble.

Aventures en une page est disponible sur itch.io (et c’est un must-have !)

Sig, City of Blades

J’ai participé au kickstarter de ce jeu Forged in the Dark après moult hésitations. Je ne suis pas un grand fan du système Forged in the Dark (même si j’ai beaucoup envie de mener/jouer une campagne de Band of Blades, et que Le Fer et le Froid m’a permis de mieux cerner certains points). Les intrigues multi-planaires ne sont pas forcément ma tasse de thé non plus. Mais finalement, après avoir suivi certaines interviews de Jason Pitre, l’auteur, j’ai craqué.

J’ai donc reçu le livre, dans un format couverture rigide presque format poche, au papier glacé tout couleur. Le jeu est facile à lire, les codes couleurs de l’ouvrage permettent de rapidement trouver ses marques et les informations nécessaires. J’aime beaucoup les illustrations qui ont un aspect comic-book prononcé, et permettent de voir un aspect multivers assez intéressant.

Concernant le jeu, on est face à un Forged in the Dark allégé visiblement. C’est clair et limpide, sans trop de sous-systèmes à intégrer. Tout suit la même logique de lancer de dé, et la feuille de personnage semble d’une belle clarté. Au niveau de la création des personnages, c’est assez original. On va choisir trois éléments, qui définiront trois volets de notre feuille de personnage : notre Culture, notre Lignée et notre Croyance. Pour chaque volet, on pourra choisir parmi une dizaine d’options, amenant des pouvoirs différents à chaque fois. De quoi avoir des personnages très variés.

Mais que joue-t-on ? Des Freebooters. On choisira un livret de « groupe » en début de campagne, qui permettra de cadrer la proposition de jeu et l’ambiance d’une campagne. Et on jouera une intrigue politique de contrôle de territoires dans la cité multi-planaire. C’est un point qui me gêne un peu, parce que même si la proposition est cadrée, elle implique malgré tout des scénarios presque trop variés : débat d’idées, vol avec violence, négociation … Cela ne risque-t-il pas d’être un peu compliqué à mettre en oeuvre (surtout quand ce sont les joueurs qui décident de leur prochaine action) ?

L’ambiance croisement de multivers est en tout cas réussie, avec cette création de personnage modulaire. Mais aussi avec les nombreuses factions proposées, l’intégration d’une influence des plans liés à la ville (qui varient), la présentation des plans majeurs. Le tout sous une forme condensée, rapide à comprendre et à mettre en oeuvre. Un jeu à mettre en lien avec Planedawn Orphans ?

Sig: City of Blades est disponible sur itch.io et DriveThruRPG. Le jeu devrait bientôt être proposé en français par le Studio Absinthe (Khelren).

WEIRD■, par kF

J’ai découvert ce jeu de kF grâce à Eugénie, qui y a joué et en parle terriblement bien sur son blog. Et cette présentation m’a donné envie d’en savoir plus.

C’est un étrange jeu, une étrange expérience que nous avons à faire ici. Mais après tout, le jeu s’appelle WEIRD■, non ? Une des joueuses va interpréter « la Voix ». A savoir un personnage, dans une situation à définir. Le jeu ne propose pas d’univers, mais un ensemble de règles à suivre pour jouer dans une ambiance étrange. La Voix va dresser les scènes, faire vivre ce personnage. Les autres joueurs joueront « le Chœur », et amèneront des éléments (lieux, objets, événements, PNJ) à la scène, des pensées au personnage.

Une mécanique originale permet de définir des secrets connus par un seul des joueurs, de définir le contrôle sur des éléments du jeu. kF présente ça comme une création collective de nouvelle étrange, mais non, clairement, je trouve ça très malin et intéressant comme proposition de jeu, et ça donne envie de le tester.

WEIRD■ est disponible sur itch.io

A weekend in the country, par Lari Asmuth

Je n’ai pas souvent parlé des (nombreux) Wretched & Alone que j’ai lu dans cette rubrique. Principalement parce que je voulais les jouer avant d’en parler, afin de ne pas lire en amont toutes les questions et garder le plaisir de la découverte en les jouant. Et pour rappel pour ceux du fond : on est ici face à du jeu en solitaire, mêlant tirage de cartes, lecture de prompts, écriture de journal et tour de Jenga.

A weekend in the country vient de sortir une seconde édition, et c’est donc l’occasion d’en parler. J’avais été un peu déçu par la première édition, qui cadrait trop le jeu à mon goût. Je n’avais pas testé, mais la lecture ne m’avait pas emballé. L’auteur (Lari Assmuth, auteur aussi de Unmoored que j’adore) semble avoir eu ces retours par ailleurs, parce qu’il a justement revu la façon de présenter le mystère.

C’est un Wretched & Alone assez particulier, qui revoit pas mal de choses dans la proposition de jeu. On y joue un détective invité pour un weekend à la campagne. Son hôte décède, et on partage les lieux avec quatre Suspects (représentés par les quatre enseignes d’un paquet de cartes). En tirant les cartes, on va trouver des indices sans contexte (ou des scènes particulières, plus rares). Comme dans Brindlewood Bay (une inspiration citée pour cette mécanique), charge au joueur de lier ces indices pour imaginer la résolution du crime.

Et la résolution du crime passera par une main de poker. On comparera nos indices (cinq, choisis parmi ceux tirés) à une main aléatoire de cartes. Si notre main est plus forte, on a résolu le crime. La tour de Jenga est présente comme un timer pour l’histoire, mais j’ai l’impression qu’elle est plus accessoire qu’autre chose dans cette nouvelle édition. Ce sera sans doute à tester.

Petit défaut du jeu, on reste dans un cadre très figé, avec quatre suspects bien définis et un lieu très marqué. Mais il sera assez facile et intéressant de créer d’autres mystères ouverts en changeant juste ce casting de suspects et l’environnement. Qui sait ? J’ai prévu de le tester bientôt dans tous les cas, donc j’en repalerai.

A weekend in the country est disponible sur itch.io

All I want for Christmas …, par Starshine

En cette période de Noël, c’est la foire aux téléfilms de Noël à la télé, sur Netflix et c’est déjà la frénésie des cadeaux dans tous les grands malls commerciaux qui se respectent. Si certains proposent de s’enfoncer dans des malls infinis ou presque, d’autres proposent des jeux où il faut au contraire réussir à s’en sortir.

Le centre commercial de Noël. Un sacré décor ! Dans cette proposition de jeu, on joue des employés enfermés pour toute la période des fêtes, forcés de travailler, abrutis par la musique démente et répétitive des fêtes. Et conditionnés pour faire de cette période un succès pour leurs patrons ! Mais certains d’entre eux vont essayer de s’extirper de cette condition, et quitter le mall.

Le jeu repose sur l’utilisation d’une playlist de Noël. On peut donc le classer dans les jeux d’horreur psychologique. Cette playlist, en mode aléatoire, va servir à déterminer le résultat de nos actions. En comparant la taille du nom de l’artiste avec celle du premier mot de l’album, par exemple. Le joueur et le meneur choisissant la catégorie qui servira au décompte avant de changer de chanson.

Attention ! Si jamais la chanson « trigger » arrive, les personnages risquent de succomber à sa force et ils retourneront docilement à leur poste. Cette chanson, ce sera All I Want for Christmas is You (Mariah Carey). Mais heureusement, pour les plus sensibles d’entre nous, une variante Whamageddon est possible…

Un jeu étrange, pour lequel il manque peut-être des idées de scènes, quelques tables aléatoires pour créer les personnages ou les situations, mais avec un système étrange et complètement intégré à l’histoire. Maintenant, êtes-vous prêt à jouer avec une telle playlist ?

All I Want for Christmas … est disponible sur itch.io

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *