J’ai lu, j’ai vu, j’ai entendu, j’ai joué #9

Voici ma revue de lecture/visionnage/écoute/jeu des quinze derniers jours.

On garde le format habituel, avec le coup de cœur en tête de liste.

N’hésitez pas à commenter mes retours, à me proposer des choses proches ou qui pourraient m’intéresser dans les commentaires !

♥ Vigilance, par Robert Jackson Bennett ♥

Une Heure Lumière est une collection de romans courts, ou novella, publiée chez Le Bélial’. J’ai déjà eu l’occasion d’en lire quelques-uns, et quand j’en vois à la médiathèque, je saute généralement dessus. Parce que ce format court est génial pour découvrir des thèmes inédits, peu courants et pour des expériences de lecture.

Dans Vigilance, de Robert Jackson Bennett, direction un futur proche, aux USA. Le monde a évolué, mais pas les Etats-Unis d’Amérique. Au contraire, le pays s’est vautré dans l’immobilisme et la violence a continué de progresser. Et en parlant de violence, on va suivre la production d’une émission de télé qui met en scène une tuerie de masse. Avec de gros gains à la clé. Et ça peut arriver presque n’importe où. Donc, soyez vigilants !

Derrière ce pitch racoleur, j’ai trouvé un texte coup de poing. Entre le cynisme des producteur de l’émission, et la tension permanente de spectateurs pouvant à tout moment devenir acteurs, l’écriture arrive à tenir en haleine. On a, malheureusement, pas de mal à imaginer un tel futur. Algorithmes et IA conçues pour nous tenir en haleine, nous faire acheter, nous influencer. Tout cela n’est-il pas déjà là ? Le voyeurisme n’a pas atteint le niveau décrit ici, mais le cynisme est déjà présent.

Le final est déconcertant, avec un changement d’échelle du récit qui surprend. Auquel on ne s’attendait pas. Qui brise peut-être un peu le rythme du récit. Mais cela ne gâche en rien l’impact de l’histoire. Une Heure Lumière sacrément bien utilisée…

Rocketman

Je ne connais pas bien la discographie d’Elton John. Je ne connais pas bien non plus le personnage, encore moins l’homme. Elton John, pour moi, c’était Candle in the weed et Le Roi Lion. On a la culture qu’on mérite.

Bref, j’avais entendu beaucoup de bien de ce biopic, et j’ai donc tenté le coup. Bien m’en a fait.

Alors, je n’ai aucune idée de la part de réalité/fantasme dans ce qui est raconté. Je m’en fiche. J’ai trouvé le film bon, voire excellent par moment. Un classique « Origin Story => Montée en flèche => Crash => Rédemption ». Mais avec des idées de mise en scène vraiment intéressantes, une intégration de la musique maligne et inventive, et des acteurs vraiment convaincants.

On se prend à suivre l’histoire de ces personnages, à les apprécier et à les détester. Un très bon moment (mieux que Bohemian Rhapsody alors que je préfère la musique de Queen).

Hawkeye

Hawkeye est mon Avenger préféré. Et ce, depuis ma lecture de Ultimates (qui n’est donc pas une série Avengers, mais bon …). J’ai beaucoup aimé les passages autour de Hawkeye dans les films des Avengers, regrettant souvent son manque d’exposition. Mais c’était généralement très pertinent.

Et donc, Marvel/Disney nous sort une série sur le personnage, dans un esprit de Noël (c’est d’époque), et en se basant sur le run excellent de Matt Fraction et David Aja.

J’adore.

C’est une série sans grands enjeux planétaires, parce que c’est ce genre d’histoire qui colle au personnage. On explore sa vie de famille, ses difficultés (psychologiques, physiques) suite à ses aventures, et on lui attribue un sidekick pertinent et bien campé. C’est bourré d’humour et de clins d’œil. Les scènes d’action envoient du pâté, et même Chien est là. Et aussi (et surtout) la Tracksuit Mafia !

6 épisodes seulement. Mais que ça fait du bien de retrouver Clint Barton. Il reste encore deux épisodes à découvrir. Est-ce une conclusion pour le personnage ou un renouveau ? Aucune idée, mais dans tous les cas, ça aura été très agréable.

Journal d’un AssaSynth – #1 Défaillances Systèmes, par Martha Wells

Voilà le début d’une saga au format court (une centaine de pages). L’histoire est celle d’un androïde de sécurité, chargé de protéger une équipe de scientifiques sur une planète hostile. Mais l’androïde a fait sauter son protocole de contrôle, et préfère passer du temps à regarder des télé-novelas.

Malgré tout, sa nouvelle situation va lui permettre de réagir différemment de ce qui était attendu lorsque ses humains vont être la cible d’un complot. Ses humains, oui, parce qu’il s’y est attaché.

C’est très agréable de lire ce genre d’histoires, à petite échelle, avec ce qu’il faut d’humour et d’action. Cela ferait un excellent téléfilm, avec une fin ouverte juste ce qu’il faut pour replonger dans la suite (très bientôt !).

Billions, Saison 5

J’avais déjà mentionné la première partie de cette saison 5. Et j’attendais plus de cette deuxième partie.

Déjà, le gros changement, c’est Paul Giamatti. Qui a rasé le bouc et perdu de nombreux kilos. Mais étrangement, si cela fait très bizarre sur le premier épisode, on s’y fait très vite. Question de voix et de prestance.

Ensuite, les intrigues à tiroir se poursuivent et il y a de véritables changements dans certains rapports entre les personnages. Ces nouvelles intrigues se font parfois au détriment de personnages secondaires que j’aurai aimé voir développés (Taylor, Kate) et il y a toujours ce côté un peu à part de certaines histoires chez Axe Capital et avec Wags.

Mais le final m’a emporté, m’amenant à presque binge-watcher le tout. Corey Stoll dans le rôle de Mike Prince a réussi à me conquérir, malgré des difficultés à cerner réellement le personnage et ses motivations. Le personnage sera sans doute au cœur de la saison 6. Qu’adviendra-t-il d’Axe ? De la rivalité Bobby Axelrod vs Chuck Rhoades ? Elle est au cœur de la série. C’est elle qui fait tenir l’ensemble, et j’ai l’impression qu’on est arrivé au bout de celle-ci.

La réponse dans quelques mois.

L’Étrange Affaire du djinn du Caire, par P. Djèlí Clark

Seconde nouvelle de l’ouvrage après Les Tambours du Dieu Noir, cette étrange affaire est une introduction à l’univers développé ensuite par l’auteur dans le Mystère du Tramway Hanté (sur ma pile). Après la Nouvelle-Orléans, direction donc le Caire, là aussi dans une uchronie.

Les Djinns existent. Au Caire, un savant a ouvert une brèche vers un autre monde, et les Djinns sont apparus (ainsi que d’autres créatures fantastiques). L’histoire de cette nouvelle nous amène à suivre une jeune enquêtrice qui va enquêter sur l’étrange mort d’un Djinn. Elle va mettre les mains dans une conspiration aux conséquences dantesques.

Une lecture très agréable. L’univers est brossé très rapidement, sans prendre le pas sur l’histoire et les personnages. On sent qu’on est dans une introduction, avec toutes ces pistes qui sont lancées pour une éventuelle suite. Mais l’histoire se tient en elle-même et permet de découvrir d’intéressants personnages.

Et clairement, j’ai envie d’y retourner.

La Taupe (Tinker Tailor Soldier Spy)

J’ai déjà lu des romans de John Le Carré. C’était intéressant mais très étrange à lire. Presque déconnecté, sans vraiment savoir de quoi on parlait. J’étais souvent perdu. Trop réaliste peut-être ?

La Taupe jouit d’un très bon succès critique et reprend l’histoire d’un roman culte de l’auteur. J’ai donc tenté l’aventure. J’avoue avoir été très déçu. Le rythme est lent, mais je m’y attendais. Par contre, c’est très décousu, avec des sauts temporels mal identifiés, des ellipses, des motivations de personnages difficiles à cerner, et une fin qui tombe comme ça, comme un cheveu sur la soupe.

Je n’ai pas ressenti de tension dans le film. Et c’est ce que je lui reproche le plus. Il avance, à une allure de tortue. On arrive à la fin. C’est tout. Merci. Au revoir.

1 thought on “J’ai lu, j’ai vu, j’ai entendu, j’ai joué #9

  1. Pingback: J’ai lu, j’ai vu, j’ai entendu, j’ai joué #10 – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *