J’ai lu, j’ai vu, j’ai entendu, j’ai joué #25

Voici ma revue de lecture/visionnage/écoute/jeu des 15 derniers jours. On garde le format habituel, avec le coup de cœur en tête de liste. Les coups de cœur. Parce que ce coup-ci, c’est un trio.

N’hésitez pas à commenter mes retours, à me proposer des choses proches ou qui pourraient m’intéresser dans les commentaires !

Supergirl – Woman of Tomorrow

Je n’y connais rien à Supergirl. Excepté le fait que ce soit une cousine de Superman, qu’elle dispose d’à peu près des mêmes pouvoirs. Pas grand chose de plus. Mais comme on m’avait parlé en très grand bien de cet opus, indépendant et complet, je me suis dit que pourquoi pas.

Bon, autant le dire tout de suite : méga-claque. Un des meilleurs comics que j’ai lu récemment. Tom King au scénario, Bilquis Evely au dessin (dans un style qui m’a rappelé celui de Jérôme Opena sur Seven to Eternity), pour un duo qui dépote.

L’histoire ? Sur une planète très lointaine, une jeune fille décide de traquer l’assassin de son père. Et tombe sur Supergirl, qu’elle « engage » pour l’aider dans sa traque. Supergirl étant venue ici pour décompresser, pour se saouler, loin du soleil terrien qui l’empêche de « ressentir ». S’ensuit une course-poursuite à travers l’univers, sur fond de vengeance, de découverte de soi.

C’est une épopée. De la Space Fantasy magnifique. On voyage de planètes en planètes. On découvre des civilisations, des mondes étranges. C’est pulp à fond, avec de vilains pirates de l’espace, un méchant insaisissable, un duo d’héroïnes mises à l’épreuve constamment.

Chaque chapitre de l’histoire aborde un nouveau pan de l’histoire. On y découvre une planète qui cache ses crimes, un voyage pas si reposant, une planète-prison … C’est beau, et c’est rempli d’humanité (alors qu’objectivement, il n’y a pas une touche d’humains de la Terre ici). C’est à lire absolument si vous aimez le genre Space Fantasy et les épopées. C’est complètement hors-continuité, ça utilise Supergirl sans vraiment que ça ne parle de Supergirl. Un must.

Barry Saison 3

Bon, après avoir avalé les deux premières saisons (tellement vite que j’ai même pas parlé de la seconde) de Barry, je n’ai pas pu m’empêcher d’attaquer la troisième. Barry ne va pas mieux, l’étau se resserre, et s’il essaie d’être le « good guy », d’être en paix avec ceux à qui il a fait du mal, et bien, Barry reste un tueur à gages perturbé.

Que dire de cette saison ? Tous les personnages principaux évoluent. Barry, bien entendu, mais NoHo Hank, Sally, Fuches ou Gene Cousineau voient également de sacrés développements. J’apprécie tout particulièrement l’arc autour de NoHo Hank, avec un grand écart entre comédie absurde et drame profond réalisé avec brio.

Au niveau scénario, je ne vais pas dévoiler la teneur de cette saison. Mais chaque épisode arrive à bousculer les plans qu’on se fait. Par des péripéties, par des arrivées de nouveaux personnages. Et puis la mise en scène est vraiment top. La scène de poursuite en moto, quel régal. Il y a de ces plans, de ces jeux avec le placement des personnages qui montrent une grande maîtrise.

J’attends la saison 4 avec impatience.

Better Call Saul – Épilogue

Il y a quelques semaines, j’avais déjà mentionné cette sixième et ultime saison de Better Call Saul. Avec un final qui me semblait parfait. Avec cette rupture, cette fin abrupte mais concluant tous ses actes lancés depuis plusieurs saisons. Et puis, il restait des épisodes. Des épisodes « flash-forward ». Sur l’après Breaking Bad. Que fallait-il en attendre ? Des caméos ? Des raccordements à l’arrache pour lier l’ensemble ? Une véritable fin (alors que tout semblait dit … ?).

Vince Gilligan est un maître de réalisation. Et avec cet épilogue, majoritairement en noir et blanc, il réalise un coup de maître. Nouveaux personnages dans la vie de Eugene, nouvelles embrouilles menées avec plus ou moins de réussites, et retour sur les autres personnages phares de la saga. Des flashbacks, des scènes revues, et surtout deux personnages monstres qui prennent tout l’écran. Saul Goodman, bien sûr, qui reprend le dessus sur Eugene. Et puis Kim Wexler. Magnifiquement interprétée tout au long de ces 6 épisodes. Pour moi un des personnages à l’évolution la plus marquante.

L’épisode final raccroche tout ça, et conclut avec brio cette saga. Avec des scènes fortes, une écriture superbe et un adieu final extrêmement touchant. Sans aucun doute la série la plus marquante des dix dernières années. Et j’ai presque peur de revoir Breaking Bad et de la trouver fade à côté. Ces personnages me manqueront (et ceux partis trop tôt aussi …).

Thor – God of Thunder

Intrigué par le personnage de Gorr, ayant beaucoup apprécié de précédents travaux de Jason Aaron, j’ai décidé de me laisser tenter par son run sur Thor.

Donc, découverte de ce premier TPB. Commençons par le dessin, que je trouve magnifique. Il y a un côté un peu classique, renaissance (j’y connais rien, mais c’est ce que ça me dit). Les tons, les scènes. J’aime beaucoup et ça colle parfaitement à Thor.

Au niveau de l’histoire, on sent qu’on démarre un cycle. Pas de grosse histoire à rattraper, on navigue quand même sur trois lignes temporelles, avec l’époque actuelle, le moyen-âge et très loin dans le futur.

Gorr est horrible, mais sa rencontre avec Thor est intéressante. Où tout cela peut déboucher ? C’est encore dur à imaginer, et ce premier numéro manque de conclusion (c’est un gros cliffhanger), mais donne l’eau à la bouche.

The Blacklist – Saison 3

Plaisir coupable ou masochiste ? Je ne sais pas trop. Toujours est-il que j’ai enchaîné les épisodes pour (enfin) découvrir la suite et fin de cette troisième saison de Blacklist.

Bon, heureusement qu’il y a des criminels assez fous pour stimuler mon imagination. Que je ne fais pas trop fi du réalisme (cette rapidité d’intervention du FBI !). Parce que pleins de points me gênent. Les secrets bien secrets qui s’enchaînent sur d’autres secrets. La grossesse du personnage principal, qui casse bien la dynamique du duo. La manque de Cojones des scénaristes. (GROS SPOILER DE OUF !) « Et si on tuait un personnage principale ? Et si, en fait, quelqu’un avait manipulé sa mort et qu’en fait elle était pas morte. Et que donc tous les moments de deuil de ses amis ne servent à rien ! ».

Je me connais : je vais sans doute à un moment ou à un autre replonger. Haïr ces épisodes « fil-rouge / conspiracy de ouf », et continuer pour découvrir des criminels franchement fun/horribles/inspirés.

Miss Marvel

On poursuit l’exploration de l’univers Marvel avec ma fille, et donc la série estivale Miss Marvel. Je connais peu le personnage (j’ai dû lire le premier volume), et j’ai été très surpris par la série.

Par son inventivité graphique d’abord. C’est beau, y a pleins d’idées graphiques géniales, dans la transmission d’informations, dans les génériques, dans les couleurs.

Et puis, il y a cette culture pakistanaise qui est abordée de plein fouet, avec un très beau regard. C’est rafraîchissant, ça m’a fait découvrir des choses (comme la partition, comme les cérémonies de mariage …) et j’ai beaucoup aimé comment cela a été représenté.

L’histoire « super-héroïque » reste classique, avec quelques belles surprises et peut-être trop de pistes proposées et pas assez de temps pour toutes les approfondir.

Mais c’est un gros oui pour ma part sur ce personnage.

Invincible, volume 13

Un épisode de transition pour Invincible, entre la grosse baston précédente et la guerre viltrumite à venir.

On retrouve Allen The Alien et Omni-Man dans leur préparation à la guerre (avec quelques scènes très drôles). Du côté de la Terre, on est encore sur les répercussions de l’attaque précédente. Des groupes se reforment, et le couple Invincible/Atom Eve continue de chercher comment faire fonctionner leur couple avec leurs vies supérhéroïques.

C’est toujours aussi cool, avec des retours sur des événements passés, des pistes lancées à droite à gauche, et beaucoup d’humanité.

Die Tome 4

Suite et fin de l’aventure Die. Alors que j’avais été vraiment enthousiasmé par le premier tome, les deux suivants m’avaient plu mais sans forcément de gros coup de cœur. Alors, la conclusion ?

Et bien, on poursuit la découverte des rouages internes à l’univers de Die, et les personnages plongent au cœur de l’univers. Toujours aussi intéressant graphiquement, on finit d’explorer les différents traumas des personnages pour faire exploser tout ça.

Personne n’en sort indemne, mais ce grand déballage semble permettre de retrouver un semblant d’acceptation pour chacun d’eux. Une fin en miroir de l’introduction, en quelque sorte.

Une histoire forte, prenante, mais qui se perd parfois dans l’exploration de son univers.

Something is killing the children Tome 3

Parfois, il m’arrive de laisser de côté un tome d’une série. Comme pour Something is killing the children. Ce tome traînait dans ma pile à lire depuis bien trop longtemps, il était temps de le lire !

Conclusion de l’histoire à Archer’s Peak, ce tome 3 reprend directement là où s’est arrêté le tome 2 : les monstres encerclent l’école, les gens sont au courant. La Loge du Massacre aussi.

On en découvre plus sur la loge, justement. Son arrivée en ville est plus que remarquée, et ses méthodes … expéditives. Sur les monstres aussi on en découvre plus. Comment celui d’Archer’s Peak a été créé par exemple. Et qui est ce monstre que Erica trimballe avec elle, dans sa peluche.

Ce troisième tome conclut parfaitement l’arc, en ouvrant quelques pistes pour la suite, mais au final, il sert parfaitement de conclusion. Comme une fin de saison 1.

Âmes sensibles s’abstenir : le sang coule à flots.

Mot Malin

Voilà un jeu qui sort plus que ce à quoi je m’attendais à la maison. Parce que je le destinais plus à des sorties en soirée, en mode apéro, mais en fait, c’est en duo avec Alicia que ça sort le plus.

Le principe est « malin ». Une grille de 4×4 cases, chaque ligne/colonne étant associée à un mot. On tire une carte « coordonnées » (par exemple, A4) qui nous donne donc une association de deux mots. A nous de trouver un mot pour faire deviner l’emplacement sur la grille à l’autre joueur (ou aux autres joueurs en mode standard).

Alors, on joue sans timer, sans pression, à essayer de remplir la grille au plus vite. Le jeu se renouvelle très bien en changeant les mots, et pour l’avoir testé à plusieurs, ça tourne aussi très bien.

Une belle pioche ludique !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.