Utopiales 2017 ... alors ?

mercredi 8 novembre 2017

Le Festival

Comme tous les ans se tient à Nantes le festival des Utopiales. Au programme : rencontres, conférences autour de la science-fiction, projections de films, expositions et un pôle ludique.

Utopiales 2017

Utopiales 2017

Cette année, j’ai à nouveau participé au Festival en tant qu’animateur du Pôle Ludique, tout en profitant un peu plus des lieux. Animant en JDR, je pouvais m’autoriser des plages de "temps libre".

Le Festival est toujours aussi bondé, et pour de nombreuses conférences, c’est debout ou assis par-terre qu’il faut les suivre. J’ai pu voir les expositions. Cela m’a permis de découvrir les planches de la Horde du Contrevent en BD. Et c’est magnifique. Reste à voir comment l’histoire a été transposée.

Le Cabinet Mirifique du Professeur Nicéphore Onésime Berlupin

Le Cabinet Mirifique du Professeur Nicéphore Onésime Berlupin

Le Cabinet Mirifique du Professeur Berlupin était une petite exposition d’objets divers, vieux et abimés (parfois retapés), pour lesquels une petite histoire était chaque fois racontée. C’était bourré d’inspiration, très malin et l’univers particulier évoqué est vraiment enchanteur.

Pulp Fiction, par Laurent Durieux

Pulp Fiction, par Laurent Durieux

Enfin, il y avait une exposition d’affiches par Laurent Durieux. C’est beau. Le travail de réappropriation des films est terrible, et on passe plusieurs minutes à déceler les détails que recèle chaque image. Pulp Fiction, Die Hard, Retour vers le Futur, Le Parrain, Autant en emporte le vent, La Créature du Lagon Noir ... Tout cela donne envie d’en avoir une dans son salon.

Le Pôle Ludique

Bon, il ne faut pas se mentir, je suis surtout venu aux Utopiales pour le Pôle Ludique. Cet espace du festival est quasiment devenu un des temps forts ludiques de Nantes. JDR, Figurines, Jeux de Plateau, toutes les familles sont au rendez-vous et sont réunies.

La Soirée Ludique

La Soirée Ludique

J’ai animé du Pulp City sur une après-midi (et j’y reviendrai plus tard, sans doute sur le blog officiel). Des discussions intéressantes, des présentations du jeu, et un nouveau format de démo, plus court, plus simple, qui fonctionne. Est-ce que cela permettra de donner un petit élan au jeu ? Aucune idée.

Le Pôle Ludique proposait également des conférences, que je n’ai pas pu toutes suivre. J’espère qu’elles seront disponibles via le site ActuSF, qui enregistre et diffuse la majeure partie des conférences. J’ai pu assister à une conférence sur l’illustration, et une autre sur la transmission du JDR. Chacune était intéressante, mais il manque à chaque fois un peu de temps pour approfondir certains sujets.

Nouveauté, deux ateliers étaient également proposés. J’avais prévu mon vendredi matin pour participer à l’atelier de création de JDR en une page, par Manuel Bédouet. Malheureusement, il a été décalé au jeudi matin, et j’ai raté une bonne occasion d’échanger et de brainstormer visiblement. Ce n’est que partie remise !

Les Rencontres

Quelque chose de nouveau pour moi, j’ai pu profiter des Utopiales pour rencontrer des gens. Thomas Munier, déjà croisé au Colloque de l’an passé et à Éclipse, par exemple. Il proposait à nouveau une plongée dans Millevaux à travers des systèmes différents (Cthulhu Dark et DD1). J’ai pu également discuter avec Manuel Bédouet (Sur les Frontières, Aux Marches du Pouvoir et des trucs en une page). J’ai pu remettre son lot au Lapin, un membre de Warmania, avec qui on a parlé de Pulp City, de Batman et de démos. J’ai aussi tapé la discute avec des gens dont je n’ai pas retenu le nom. Et j’ai bien sûr raté des gens (Eugénie, Erel ...). Le lot des Utopiales, visiblement ...

Swords Without Master

Je ne vais pas me lancer dans des Compte-Rendus très longs pour les parties menées aux Utopiales. Mais plutôt faire des retours rapides dessus. En commençant par celui que j’attendais avec impatience : Swords Without Master. Si vous lisez mon avis après lecture du jeu, vous découvrirez que j’attendais beaucoup de ce jeu. Et bien ... les attentes ont été remplies !

La première partie a vu quatre aventuriers prendre part à la partie : Dakan Otoshi, Drehilde Porte-Lave, Ferdam de Totenfeld et Fafh de Nyrm (rencontrez-les). L’aventure avait pour titre "Au cœur de la Jungle de Jade". Un voyage forcé dans une jungle inhospitalière, une balade sur une pirogue, et des plantes agressives. Voilà pour le début. Un combat singulier, de l’eau jusqu’à la taille, des lianes et des ronces qui s’emparent des corps et des objets. Puis un échouage près d’un chemin tout tracé. Étrange. Avec une sensation d’être épié, des odeurs de viandes et de fleurs qui se mêlent. Et un temple. Au cœur du temple, une émeraude gigantesque, protégée par un serpent qui ne l’est pas moins. Et des ombres qui s’échappent. Tout ça pour ramener la pierre au chef d’un groupe de rebelles. Qui s’avère avoir manipulé le groupe depuis le début. Un épilogue magistral au passage.

La seconde partie explorait un autre lieu, un canyon battu par des vents terribles. Dakan Otoshi était encore présent, accompagné du Maréchal de Larouille, d’Alice de Kaer Goff et de Gareth Les Doigts Bleus. Des enlèvements de jeunes bergers amenaient les aventuriers à plonger dans le canyon pour découvrir ce qui leur était arrivé, qui étaient leurs ravisseurs et s’ils étaient encore en vie. Des requins des vents, des cerfs-volants, une nécropole, une magie absorbée par les morts, des squelettes par centaine, et une liche. Des sacrifices, des momies, et des personnages poussés dans leurs retranchements. Mais une belle fin ... ouverte.

Alors, clairement, ce jeu mérite plus qu’un coup d’œil ! Le système peut intimider, et le fait de ne le décrire qu’au fur et à mesure de la partie a permis de bien s’y plonger. Les phases s’enchaînent bien, même s’il manque parfois un peu de "discussions en mode roleplay" entre les personnages. Je suis parti uniquement d’une scène initiale, et j’ai laissé rouler pour voir où les joueurs allaient m’amener. Le jeu des Trames, qui se font écho, est particulièrement malin et amène les joueurs à participer à la construction de l’histoire. J’ai eu des joueurs très actifs, merci à eux ! Ils ont vraiment pris les personnages et se les sont appropriés. Et surtout, les deux joueurs ayant la main sur l’épilogue ont réussi à clôturer chaque partie d’une manière surprenante mais terriblement excitante.

Swords Without Master est un jeu qui va rester en très haute position dans ma sacoche de MJ. Allez le lire, essayez-le !

Gangs of Mutants of New-York

Au rayon nouveautés, j’ai également pu faire tester Gangs of Mutants of New-York, mon jeu en une-page permettant de jouer aux Tortues Ninjas sans les Tortues Ninjas (c’est comme ça que je le vendais).

Je n’avais rien préparé, me fiant aux tables aléatoires pour improviser chaque partie ... et ça marche ! Il manque quelques petits trucs (je prépare une one-page extension), mais le jeu fonctionne, ainsi que le système et son "Dé Mutant" ! J’en suis très content !

J’ai eu un premier groupe constitué d’une Salamandre Agent Secret, d’un Canard Mousquetaire du Roi, d’un Renard Shériff et d’un Chien Errant Ancien des Forces Spéciales. Attaqués par des Gars en Costard, ils ont remonté la trace du commanditaire, attaqué un Gang, puis se sont défendus contre des Scientifiques. Le final a eu lieu dans le labo du Dr Eastman, contre qui ils se sont battus, face à des dinos-robots et une Tortue Garde du Corps !

La seconde partie, en mode Full Dirty, a vu une Chauve-Souris Requin de la Finance, un Chien Errant Gladiateur et un Rat Membre d’un Club de Motards être pris à partie par ... des Hommes en Costard ! Encore ! Puis un Requin Marteau Tueur à Gages s’en est pris à eux, et ils ont décidé d’attaquer l’Agence. Qui se cachait dans un magasin d’électro-ménager. Résultat : des hommes en costard qui se révèlent être des petits-gris, une Tortue Ninja qui défend l’Agent Smith, mais une menace sur New-York annihilée !

Les parties ont duré une heure et demi environ. Il y a surtout eu de l’action, frénétique, et dans chaque partie le Chien Errant a failli perdre le contrôle. Certaines aptitudes sont plus difficiles à prendre en main que d’autres, mais les joueurs se sont pris au jeu, et au final, l’ambiance voulue à la table est totalement présente ! Et puis, les joueurs sont enthousiastes quand il s’agit de partir avec le jeu à la fin de la partie !

Death of Legends

J’ai également pu mettre sur la table Death of Legends, qui vient d’arriver en français dans le numéro d’octobre de la Caravelle. J’ai du faire le commercial pour attirer trois joueurs à table, qui l’ont préféré à DD5. Exercice pas facile, mais ce fut pour la bonne cause.

La partie vit une Magă, une Boucanière, un Général et un Pontife tenter de l’emporter face à l’Ennemi. Le jeu tourne très bien, et les joueurs ont tous parfaitement pris le pli de raconter l’histoire par vignettes. De très belles scènes ont eu lieu, des lieux ont été défendu avec ardeur, l’Ennemi s’acharnant année après année contre nous. Nous avons été assez chanceux sur les tirages de dés, et il restait encore plusieurs lieux intacts quand nous avons trouvé l’Arme de Pouvoir. Et j’ai malencontreusement mal jaugé mes partenaires, et l’Arme de Pouvoir est tombée entre de mauvaises mains.

Là encore, une partie à narration partagée, des joueurs actifs, et une belle histoire racontée. Ce jeu est très bien écrit, et mérite le détour car chaque étape est vraiment bien expliquée. Sautez le pas !

RDV ratés ...

Tout n’a pas été parfait, bien sûr. J’ai raté des conventions qui me bottaient parce que je suis resté papoté. J’ai raté du monde. Je suis déçu par Un Brin de Vitesse .... Le scénario était dans le ton, on a bien rigolé à table, mais le système est raté à mes yeux. On arrive trop vite à une situation de réussite totale. Et une fois la vitesse enclenchée, il n’y a plus de rétrogradation. Et alors que je proposais des séances courtes, le public n’était pas tenté par ça. Les classiques Cthulhu et DD ont toujours l’emprise sur les joueurs.

Autre déception, mes parties annulées des Experts. Personne. Pas un seul intérêt. J’aurai aimé le testé en condition réelle, avant de peut-être le remanier. Mais ce ne sera pas aux Utopiales. Est-ce le sujet ? Le moment (le matin) ? Le style (sans meneur) ? Je ne sais pas. J’ai des idées pour l’enrichir, on verra ce que devient ce jeu.

Autre déception, mes démos de Pulp City. J’aurai apprécié voir plus de "joueurs", plutôt que juste des "badauds". Présenter le système et l’univers à des gens qui baignent dans la figurine était un objectif, raté. Mais j’ai pu faire jouer des enfants et leurs parents, leurs sourires et leur enthousiasme a atténué ce point.

Bilan

Des Utopiales plutôt réussies, avec des jeux enfin testés et qui me plaisent dans leur façon d’agir à table. Des rencontres très intéressantes, à reconduire. Et ce sentiment de retomber ensuite. Prochaine étape : le Colloque de Bob !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.