London, a few years later …

      Un commentaire sur London, a few years later …

Londres est un ville prisée par les scénaristes en tout genre. L’ambiance de fin du monde semble coller parfaitement à  la capitale britannique. Je peux par exemple citer V pour Vendetta, ou encore 48 de James Herbert, qui y prennent place. L’explication à  cela, je pense, est que Londres est la capitale d’une île, tout simplement. Il est ainsi plus facile de l’isoler du reste du monde, d’en faire une enclave.

Tout cela pour quoi, me direz-vous ? Et bien, pour vous parler de deux films que j’ai récemment vu, et qui prennent place dans Londres, dans une ambiance de fin du monde.

les-fils-de-l_homme.jpg

Je vais commencer par Les Fils de l’Homme, d’Alfonso Cuaron. J’avais entendu le plus grand bien de ce film à  sa sortie en salles, mais je n’avais pas eu l’occasion d’aller le voir. Je m’étais promis de rattraper ça à  sa sortie en DVD, chose que j’ai faite.

Certes, au niveau esthétique, mise en scène, jeu d’acteurs, ce film est excellent. La scène d’introduction, en plan séquence, est surprenante, et nous plonge direct dans l’action. Mais le fond du film m’a moins plu. Je ne me suis pas du tout attaché à  la jeune fille (dont j’ai oublié le nom), et j’ai trouvé que les esquisses du monde futur n’étaient que trop esquissées. Il en résulte presque un ennui sur la fin.

A propos des plans séquences, j’ai d’ailleurs trouvé qu’il en était fait trop usage. Ca en devient lourd à  force.

28.jpg

J’ai pas respecté l’ordre chronologique de visionnage pour vous parler des films, mais celui des sorties. J’ai donc vu il y a quelque semaines 28 Semaines plus tard, lors de sa sortie en salles. Et là , j’ai vraiment pris mon pied.

Je n’avais pas revisionné 28 jours plus tard avant, mais l’histoire me traînait toujours dans la tête. Et je m’attendais à  vraiment voir une suite, qui se passerait 28 semaines après. Raté ! Et la première scène m’a vraiment scotché du fait de cette impression. L’attaque est ultra nerveuse, avec une musique adéquate, et une fin super intéressante.

Et là , le film commence vraiment … Contrairement à  son prédécesseur, on a ici plus d’explications sur ce qu’il se passe. Et la réaction des soldats face à  ce qui va se dérouler est tout sauf irréelle. L’horreur est vraiment là . On se dit que c’est qui se passerait vraiment dans un tel cas de figure.

Le final est classique dans son traitement, on s’attend toujours à  ce genre de revirement (cf L’Armée des Morts). Ce 28 semaines plus tard est sans conteste un de mes films préférés de cette année.

1 thought on “London, a few years later …

  1. Pingback: Une année de cinéma – Le Repaire de Gulix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *