World War Z

      Aucun commentaire sur World War Z

Il y a quelques semaines, j’ai chroniqué Le Guide de Survie en territoire zombie de Max Brooks. J’en avais parlé plutôt en bien, et dans ma pile à  lire, il me restait son collègue World War Z. Un aller-retour Brest-Nantes m’a permis de dévorer ce dernier en une journée.

Contrairement au Guide de Survie, World War Z est une fiction. La Terre a connu une apocalypse zombie, et ce livre représente le témoignage de survivants. Les différentes étapes de la guerre vont être vues selon le point de vue de différents protagonistes, de multiples nationalités. Le narrateur pose parfois quelques questions, mais le plus souvent ce sont les survivants qui prennent la parole pour relater leurs expériences.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : ce livre est à  lire, par tout le monde. On n’est pas ici en face d’un livre pour les fans de zombie uniquement, même si ces derniers seront déjà  en terrain conquis. Je pense vraiment que ce roman est destiné à  tout public aimant les histoires fortes en émotions. Par plusieurs fois, les récits des survivants m’ont touché, par l’horreur qui y est décrite, ou par certains heureux dénouements.

L’introduction du livre présente sa place dans l’univers qu’il décrit. En résumé, l’auteur, mandaté par un ONU reformé après la Guerre Z, a silloné un monde en reconstruction pour recueillir des témoignages. L’ONU ayant préféré édité le rapport, en ne conservant que l’aspect objectif (chiffres, événéments), son auteur a décidé de publier les témoignages dans leurs versions brutes, en conservant le facteur humain (sic). Et c’est bien de ça dont il s’agit, d’un facteur humain. Les zombies servent (comme souvent) de prétexte à  ces histoires d’hommes, de femmes, et c’est ce qui rend ce livre si bon. Ma meilleure lecture de 2009, pour l’instant.

Un film basé sur ce livre serait en préparation, produit par la société de Brad Pitt, et scénarisé par J. Michael Straczynski. A voir la façon dont ce sera traité, mais j’ai du mal à  imaginer un long-métrage reprenant le format du livre. Plus intéressant est la version audio de ce livre, qui a en plus récolté un prix. En anglais seulement, mais ça me semble vraiment être un complément logique et pertinent du livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *